Valls salue le "combat courageux" du maire de Sevran en grève de la faim

Stéphane Gatignon, maire de Sevran, en Seine-Saint-Denis, dans la tente dans laquelle il a entamé sa grève de la faim, devant l\'Assemblée nationale, à Paris, le 9 novembre 2012.
Stéphane Gatignon, maire de Sevran, en Seine-Saint-Denis, dans la tente dans laquelle il a entamé sa grève de la faim, devant l'Assemblée nationale, à Paris, le 9 novembre 2012. (BERTRAND GUAY / AFP)

Le ministre de l'Intérieur a rendu une visite de "solidarité" de l'élu écologiste qui réclame davantage de moyens pour sa commune.

POLITIQUE - Une visite de "solidarité". Manuel Valls est allé dans la matinée du samedi 10 novembre rencontrer le maire Europe Ecologie-Les Verts de Sevran Stéphane Gatignon, qui a entamé la veille une grève de la faim devant l'Assemblée nationale pour demander l'aide financière de l'Etat. 

"Je suis venu ce matin pour lui apporter un message de solidarité et d'amitié car il mène un combat courageux", a déclaré Manuel Valls. "Je le connais depuis très longtemps. Il est devenu maire de Sevran à peu près en même temps que moi à Evry. On a souvent eu l'occasion de parler des difficultés financières des villes de banlieue", a expliqué le ministre de l'Intérieur. Dans le cadre d'un débat la semaine prochaine à l'Assemblée sur l'aide financière de l'Etat aux collectivités locales, le gouvernement abordera "l'ensemble des financements des communes les plus pauvres dont Sevran fait partie", a dit le ministre après s'être entretenu avec Stéphane Gatignon.

Quelles sont les raisons de cette grève de la fin ?

Il manque 5 millions d'euros à la mairie de Sevran pour boucler son budget 2013. Sans cette somme, Stéphane Gatignon craint de devoir "mettre la clé sous la porte""Nous ne pourrons pas avoir des emprunts de la Caisse des dépôts et nous ne pourrons pas payer les entreprises qui travaillent actuellement pour nous".

Le premier édile de Sevran réclame aussi "une réforme des finances et de la fiscalité locales", incluant une revalorisation à hauteur de 180 millions d'euros de la dotation de solidarité urbaine, une aide pour les villes les plus en difficulté. Il demande également le doublement de la dotation de développement urbain, réservée aux 100 villes les plus pauvres, "de 50 à 100 millions d'euros".

Un vote mardi à l'Assemblée

Manuel Valls "a dit qu'il allait essayer de faire passer des messages au niveau du gouvernement et de l'Assemblée", a déclaré Stéphane Gatignon après s'être entretenu avec le ministre et après avoir passé sa première nuit sous sa tente devant l'Assemblée. "Je le reçois avec un grand plaisir, ça fait chaud au cœur. C'est un vrai élu local, il comprend ces questions. Nous avons discuté de la ville, des collectivités", a ajouté l'élu écologiste.

L'Assemblée nationale examine mardi matin les articles du budget de l'Etat consacrés aux relations avec les collectivités territoriales, après avoir débattu la veille dans l'après-midi de la mission "égalité des territoires, logement et ville". C'est lors de ces débats que doit être votée la DSU, qui a atteint 1,37 milliard d'euros en 2012, et doit progresser de "120 millions d'euros" en 2013, selon le ministre délégué à la Ville, François Lamy. Dans un courrier adressé fin octobre à Stéphane Gatignon, il avait également indiqué que la DDU serait "reconduite à hauteur de 50 millions d'euros"

Vous êtes à nouveau en ligne