Une trentaine de tombes juives profanées à Nice

Le député-maire de Nice (Alpes-Maritimes), Christian Estrosi, s\'est rendu dans un cimetière de la ville le 23 mars 2012, où des tombes juives ont été profanées.
Le député-maire de Nice (Alpes-Maritimes), Christian Estrosi, s'est rendu dans un cimetière de la ville le 23 mars 2012, où des tombes juives ont été profanées. (FRANTZ BOUTON / MAXPPP)

Des étoiles de David ornant des lanternes funéraires ont été arrachées ou tordues. Quatre lanternes ont aussi disparu.

Des étoiles de David ornant des lanternes funéraires ont été arrachées ou tordues sur une trentaine de tombes juives d'un cimetière de l'est de Nice (Alpes-Maritimes), a indiqué la police vendredi 23 mars. Quatre lanternes ont aussi disparu.

"La dernière ronde des gardiens a eu lieu il y a dix jours, le 13 mars, nous ne sommes pas capables pour l'instant de dire à quand remontent ces faits", a précisé le commissaire Nicolas Hergot, chef de la Sûreté départementale des Alpes-Maritimes. "D'éventuels témoignages des familles pourront peut-être permettre d'affiner la date", a-t-il noté. Selon Nice Matin, la dégradation de 36 tombes juives, dans ce cimetière qui en compte environ 600, a eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi.

"Il ne s'agit pas de dégradations lourdes, le carré n'a pas été saccagé", a précisé le commissaire. Il note toutefois que "le carré israélite a été ciblé", car les sépultures chrétiennes à côté étaient intactes.

Une plainte déposée par le maire de Nice

"Nous sommes dans une période où nous n'avons pas le droit de négliger quoi que ce soit. Je ne veux rien laisser passer. Je dépose plainte et je souhaite que ceux à l'origine de ces actes soient identifiés et interpellés", a réagi le député-maire UMP de Nice, Christian Estrosi. Il va demander un renforcement des rondes de police de nuit dans les cimetières.

Faouzi Lamdaoui, chef de cabinet de François Hollande, a quant à lui exprimé sa "colère" après ces profanations. "J'observe avec inquiétude la recrudescence de ces actes barbares, a-t-il écrit. J'exprime ma colère et mon indignation face à ces actes inacceptables et odieux et je demande qu'une enquête efficace, suivie de sanctions exemplaires à l'encontre des auteurs de cette profanation, soit diligentée."

Vous êtes à nouveau en ligne