Un sondage révèle que de plus en plus de Français renoncent à se soigner à cause de difficultés financières.

29% des Français renoncent à des soins médicaux pour des questions financières.
29% des Français renoncent à des soins médicaux pour des questions financières. (AFP/FRED DUFOUR)

Il y a deux ans, seuls 11 % des Français annulaient ou reportaient des soins médicaux pour cette raison. Ils sont désormais près de trois fois plus nombreux, selon les résultats d"un sondage CSA pour Europ Assistance publié vendredi.

Il y a deux ans, seuls 11 % des Français annulaient ou reportaient des soins médicaux pour cette raison. Ils sont désormais près de trois fois plus nombreux, selon les résultats d"un sondage CSA pour Europ Assistance publié vendredi.

Ce mauvais score place la France en mauvaise position par comparaison avec les Etats-Unis et ses voisins européens. Seuls les Polonais sont plus nombreux que les français à faire ce choix (36%). Ils sont 25% aux Etats-Unis, 19% en Italie, 15% en Allemagne, 10% en Autriche, 6% en Grande-Bretagne et 5% en Suède. Entre 2009 et 2011, la proportion a augmenté partout sauf en Grande-Bretagne ainsi qu'en Suède, en Allemagne et Autriche, où les chiffres sont à peu près stables.

Les lunettes et les soins dentaires arrivent en première position des soins délaissés par les Français faute d"argent (22 % des sondés les ont cités). Suivent les « soins courants » (12%), « l"achat de médicaments » (6%), et les « soins lourds » tels qu"une opération ou un traitement coûteux (5%).

Ce sondage révèle également que plus de la moitié des Français (51%) considère que le système de santé actuel ne garantit pas « l"égalité aux soins médicaux pour tous les citoyens ». 76% des Polonais partagent la même opinion sur leur système de santé, 67% des Allemands, 61% des Tchèques et des Américains, 57% des Italiens, 50% des Autrichiens, 40% des Britanniques, 21% des Espagnols.

Le sondage a été réalisé en mai et juin par téléphone auprès de 5.500 individus de 18 ans et plus dans dix pays, représentatifs de la population.

Vous êtes à nouveau en ligne