Un rapport inquiétant a été publié pour la Journée internationale pour l'élimination de la violence contre les femmes

Une affiche pour rappeler aux femmes victimes de violences ou aux témoins de violences d\'appeler le 3919 sans attendre
Une affiche pour rappeler aux femmes victimes de violences ou aux témoins de violences d'appeler le 3919 sans attendre (AFP / Jacques DEMARTHON)

Le nombre de femmes de 18 à 75 ans victimes de violences est passé de 636.000 à 654.000 de 2008 à 2009, selon une enquête de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) parue mercredi à la veille de la Journée spéciale.En moyenne, une femme meurt tous les 3 jours en France sous les coups de son compagnon (140 en 2009).

Le nombre de femmes de 18 à 75 ans victimes de violences est passé de 636.000 à 654.000 de 2008 à 2009, selon une enquête de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales ( ONDRP) parue mercredi à la veille de la Journée spéciale.

En moyenne, une femme meurt tous les 3 jours en France sous les coups de son compagnon (140 en 2009).

La lutte contre les violences aux femmes est "grande cause nationale" 2010.

Mercredi, en Conseil des ministres, Roselyne Bachelot, ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, a annoncé "un troisième plan de lutte contre les violences faites aux femmes" d'ici la fin de l'année. Elle a indiqué que le plan de lutte 2008-2010 avait permis de mettre en place dans 36 départements un "référent violence" et d'expérimenter les familles d'accueil pour des femmes victimes de violences. Le prochain plan qui sera dévoilé en fin d'année portera sur les années 2011-2013.

En 2010, a-t-elle dit, trois directions ont été privilégiées par le gouvernement, notamment par le biais de la loi de juillet: "sensibilisation du grand public", "meilleure protection des enfants" et "renforcement de la protection des victimes".

Roselyne Bachelot a ainsi précisé que le numéro d'écoute nationale 39-19 recevait en moyenne "80.000 appels par an" et s'ouvrait "à toutes les formes de violences envers les femmes : mutilations sexuelles, mariages forcés, viols et agressions sexuelles".

Un comité de vigilance de la loi sur les violences faites aux femmes votée en juillet 2010 a été mis en place mercredi, à la veille de la journée sur ce thème, a annoncé le Collectif national pour les droits des femmes. Le comité regroupe des parlementaires à l'origine de la loi, comme la députée socialiste Danièle Bousquet, présidente de la mission d'évaluation de l'Assemblée nationale sur les violences, et des membres de cette mission, Martine Billard (Parti de gauche) et Marie-George Buffet, ex-secrétaire générale du PCF, ainsi que des avocats et des associations féministes.

Lire aussi:

>>

>>

Vous êtes à nouveau en ligne