Un néo-nazi repenti a été condamné jeudi à 20 ans de prison pour la mort d'un Marocain en 2001 dans le Haut-Rhin

Emmanuel Rist le 12 septembre 2007 au tribunal correctionnel de Colmar
Emmanuel Rist le 12 septembre 2007 au tribunal correctionnel de Colmar (AFP - FREDERICK FLORIN)

La cour n'a pas retenu la préméditation du crime d'Emmanuel Rist, contrairement à l'avocat général, qui avait requis 30 ans de prison dont 22 ans de sûreté.La victime, Mohammed Madsini, un Marocain travaillant dans la vente de tapis à domicile en France, avait reçu une balle dans la nuque.

La cour n'a pas retenu la préméditation du crime d'Emmanuel Rist, contrairement à l'avocat général, qui avait requis 30 ans de prison dont 22 ans de sûreté.

La victime, Mohammed Madsini, un Marocain travaillant dans la vente de tapis à domicile en France, avait reçu une balle dans la nuque.

Emmanuel Rist était accusée d'avoir, de sang froid, tiré la balle avec un pistolet
automatique de la marque Sauer und Sohn, arme caractéristique du IIIe Reich. Agé de 46 ans, la victime était mariée et père de cinq enfants.

La cour a par ailleurs rejeté la demande de confusion de peine de la défense.

L'accusé, âgé de 41 ans, purge actuellement une peine de 10 ans de réclusion criminelle. Une peine à laquelle il avait été condamné en mars 2009 pour avoir grièvement blessé un retraité marocain en piégeant son cabanon à l'explosif en 2005 à Rouffach (Haut-Rhin).

Emmanuel Rist avait aussi été condamné à 30 mois d'emprisonnement en septembre 2007 pour la profanation du cimetière juif d'Herrlisheim en avril 2004. Son avocat, Me Renaud Bettcher, qui avait plaidé le meurtre sans préméditation, a déclaré que son client ne ferait pas appel. Le condamné s'efforcera d'obtenir dans le futur la confusion des peines, "qui peut être demandée à tout moment, à partir d'un certain délai", a ajouté son défenseur.

Mimoun Madsini, fils de la victime Mohammed Madsini, s'est dit "satisfait" de la peine.

Vous êtes à nouveau en ligne