Un enseignant s'est suicidé vendredi matin par arme à feu dans la salle des professeurs de son collège

Arrivée de policiers au collège Haut-de-Penoy, à Vandoeuvre-Lès-Nancy, après le suicide d\'un enseignant (30/04/2010)
Arrivée de policiers au collège Haut-de-Penoy, à Vandoeuvre-Lès-Nancy, après le suicide d'un enseignant (30/04/2010) (AFP / Jean-Christophe Verhaegen)

Le professeur d'éducation physique et sportive, âgé de 55 ans, s'est tiré une balle dans la tête, a précisé Jean-Jacques Pollet, recteur de l'académie Nancy-Metz, lors d'une conférence de presse organisée dans l'enceinte du collège du Haut-de-Penoy, à Vandoeuvre-lès-Nancy.La victime a été retrouvée à 10h15 par deux de ses collègues.

Le professeur d'éducation physique et sportive, âgé de 55 ans, s'est tiré une balle dans la tête, a précisé Jean-Jacques Pollet, recteur de l'académie Nancy-Metz, lors d'une conférence de presse organisée dans l'enceinte du collège du Haut-de-Penoy, à Vandoeuvre-lès-Nancy.

La victime a été retrouvée à 10h15 par deux de ses collègues.

Selon les premiers témoignages, la détonation est passée inaperçue. "Dans le bâtiment principal du collège, où se trouvent les élèves, personne n'a rien entendu", a expliqué le recteur. "Le drame nous semble paraître lié à une situation personnelle", a-t-il ajouté, alors qu'"aucun événement particulier ne s'était produit ce matin: il venait même d'accepter un remplacement pour la semaine prochaine."

Aucune lettre n'a été retrouvée sur place, a précisé le recteur.

L'enseignant, agrégé hors classe, était "remarquablement apprécié par ses collègues et fortement investi dans l'établissement", a souligné Jean-Jacques Pollet.

Tous les élèves ont été informés du drame avant midi, a indiqué la principale du collège, qui compte 387 élèves et 35 enseignants. Les cours ont été suspendus vendredi après-midi, alors qu'une cellule psychologique a été mise en place en milieu de journée.

Sur place, le procureur de la République de Nancy a indiqué qu'une enquête avait été confiée à la sûreté départementale afin de "déterminer le plus strictement possible les circonstances et causes de la mort". Une autopsie devait être réalisée dans l'après-midi de vendredi.

Vous êtes à nouveau en ligne