Outreau : un animateur périscolaire mis en examen pour agression sexuelle sur un enfant de 4 ans

Un animateur scolaire a été arrêté lundi 6 mars 2017 à Outreau (Pas-de-Calais), accusé d\'avoir commis des attouchements sur un petit garçon de 4 ans. 
Un animateur scolaire a été arrêté lundi 6 mars 2017 à Outreau (Pas-de-Calais), accusé d'avoir commis des attouchements sur un petit garçon de 4 ans.  (GOOGLE MAPS)

L'homme, âgé de 30 ans, n'avait pas d'antécédents judicaires.

L'homme a été interpellé lundi 6 mars dans une école à Outreau (Pas-de-Calais). Un animateur périscolaire de 30 ans a été mis en examen pour deux agressions sexuelles sur un enfant de 4 ans, mercredi 8 mars, et placé en détention provisoire. Il était employé dans deux écoles de la commune ainsi qu'au centre aéré Jacques Brel, précise La Voix du Nord.

Les parents de l'enfant ont déposé plainte dimanche 5 mars, après des attouchements présumés sur leur fils la veille. Placé en garde à vue, l'animateur "a reconnu avoir agressé deux fois l’enfant, d’abord en début d’année, puis le samedi 4 mars. Il a profité d’un moment où il était seul avec lui au centre Jacques Brel", a indiqué Pascal Marconville, procureur de la République de Boulogne-sur-Mer, au quotidien régional. Une information judiciaire a été ouverte pour "agression sexuelle sur mineur de 15 ans".

De nouvelles accusations

Selon La Voix du Nord, "deux autres plaintes ont été recueillies par le commissariat pour des faits de même nature : deux garçons de 4 ans auraient déclaré avoir subi des attouchements de la part de cet homme". L'animateur, placé en détention provisoire, "doit être à nouveau entendu sur ces faits".

La présidente du centre Jacques Brel et la maire d'Outreau ont réagi à cette affaire dans un communiqué, jeudi 9 mars. "Cet individu, pourtant diplômé, identifié comme un bon animateur, estimé par ses collègues qui sont tous sous le choc, n'avait jamais attiré l'attention sur lui", écrivent-elles. La présidente du centre a "déjà pris contact avec un avocat pour envisager de se porter partie civile".