Trois quarts des Français se disent favorables à la réquisition de logements vacants

22% des Français pensent pouvoir être en situation de mal logement dans l\'avenir, selon l\'étude
22% des Français pensent pouvoir être en situation de mal logement dans l'avenir, selon l'étude (AFP / Eric Permont)

C'est ce qu'indiquent les résultats d'une étude de l'institut Ifop pour le site Seloger.com, leader français des annonces immobilières.Sans surprise, les chômeurs (74%) et les travailleurs dont le salaire ne dépasse pas le Smic (72%) sont perçus par les sondés comme les populations les plus susceptibles d'être victimes du mal-logement.

C'est ce qu'indiquent les résultats d'une étude de l'institut Ifop pour le site Seloger.com, leader français des annonces immobilières.

Sans surprise, les chômeurs (74%) et les travailleurs dont le salaire ne dépasse pas le Smic (72%) sont perçus par les sondés comme les populations les plus susceptibles d'être victimes du mal-logement.

Le mal-logement recouvre, selon la fondation Abbé-Pierre, des notions comme la privation de logement, les mauvaises condition d'habitat et la difficulté d'accès au logement.

Selon l'étude, 7% des personnes interrogées s'estiment touchées par le mal-logement et 24% d'entre elles connaissent dans leur entourage proche des personnes actuellement en situation de mal logement.

Une vision pessimiste que partagent 22% des Français qui pensent pouvoir être touchées personnellement dans l'avenir.

"Cette donnée confirme un fait constaté: avoir un emploi ne suffit plus à se loger", soulignent les responsables de SeLoger.com.

Les Français plebiscitent l'Etat pour trouver des solutions
Pour résoudre le mal-logement, les Français se tournent vers l'Etat (77%), les collectivités locales (73%), les propriétaires (49%) et les professionnels du secteur (36%). Face à cette situation, 74% des Français sont même favorables à la réquisition des logements vacants.

L'étude Ifop a été réalisée en décembre auprès d'un échantillon représentatif de 1.001 personnes âgées de plus de 18 ans.

Un député UMP appelle maires et préfets à réquisitionner
Le député UMP des Yvelines Etienne Pinte a appelé mercredi les maires et les préfets à réquisitionner les logements vacants pour lutter contre la pénurie de logements en Ile-de-France, lors du troisième bilan parlementaire de la loi sur le droit au logement opposable (Dalo).

Etienne Pinte a insisté sur la réquisition, "une idée qui (lui) est chère": "les maires et les préfets ont cet outil même s'ils répugnent à l'utiliser, les préfets ne voulant pas se fâcher avec les maires et les maires avec leurs administrés, au titre de la sacro-sainte propriété privée".

"La réquisition n'est pas l'expropriation, elle est possible pour un an renouvelable et cinq ans maximum", a rappelé le député, qui a usé de cette "arme de dissuasion massive" lorsqu'il était maire de Versailles.

"Il faut dépasser les clivages sur cette question", a ajouté le coprésident du groupe d'études "Pauvreté, précarité, sans-abri" à l'Assemblée nationale.