Selon le MRAP, une dizaine d'Afghans retenus dans plusieurs centres de rétention se sont vu notifier leur date de renvoi

Des migrants afghans dans le camp de Bailleul.
Des migrants afghans dans le camp de Bailleul. (F3NPDCP)

Le Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples (MRAP) a condamné toute nouvelle expulsion dans un communiqué, après l'annonce samedi par la Cimade qu'un charter pour Kaboul était prévu mardi soir.Contacté par l'AFP samedi, le ministère de l'Immigration n'a souhaité faire "aucun commentaire".

Le Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples (MRAP) a condamné toute nouvelle expulsion dans un communiqué, après l'annonce samedi par la Cimade qu'un charter pour Kaboul était prévu mardi soir.

Contacté par l'AFP samedi, le ministère de l'Immigration n'a souhaité faire "aucun commentaire".

Tout comme la Cimade, seule association habilitée à intervenir dans les Centres de Rétention administrative (CRA), le Mrap rappelle que le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner s'était dit opposé au renvoi d'Afghans dans leur pays le 10 novembre dernier.

"Alors qu'ils ont fui une guerre à laquelle la France participe et sont venus chercher une protection en Europe en raison des menaces subies, renvoyer ces exilés vers ce pays les exposerait à un grave danger", souligne par ailleurs le MRAP. L'association y voit une violation de l'article 3 de la Convention européenne de Sauvegarde des Droits de l'Homme et des Libertés fondamentales, qui interdit la torture et les traitements inhumains et dégradants.

Le 21 octobre dernier, 27 Afghans en situation irrégulière avaient été renvoyés dans leur pays en guerre, dans un vol groupé organisé par Paris et Londres, suscitant de vives critiques d'associations et de l'opposition de gauche en France. Vingt-quatre des 27 expulsés venaient de Grande-Bretagne.

Le ministre de l'Immigration Eric Besson avait ensuite déclaré le 25 octobre qu'il n'y aurait pas de nouveaux retours d'Afghans dans leur pays "si la situation continue à se dégrader en Afghanistan".

Vous êtes à nouveau en ligne