Savoie : l'homme soupçonné d'avoir tué son père et ses deux petits frères mis en examen

Le chalet où s\'est déroulé le drame familial à Bozel, près de Courchevel.
Le chalet où s'est déroulé le drame familial à Bozel, près de Courchevel. (ANTOINE AGASSE / AFP)

Il doit être mis en examen pour assassinats samedi. Son deuxième frère, blessé, est mort à l'hôpital.

Le jeune homme soupçonné d'avoir abattu son père et son frère de huit ans lors d'un drame familial en Savoie doit être mis en examen samedi 28 juillet, a annoncé le parquet, alors que son deuxième frère de 17 ans est mort à l'hôpital. Le suspect sera "déféré en fin de journée et présenté au juge d'instruction" et "mis en examen pour assassinats et tentative d'assassinat", a déclaré le vice-procureur de la République de Chambéry, au cours d'une conférence de presse.

Il a ainsi confirmé la piste de meurtres avec préméditation. Des experts avaient auparavant examiné le passé psychiatrique du tueur présumé. Mais l'accusé, qui a eu des troubles psychiatriques, "a été vu par un psychiatre qui a estimé qu'il n'était pas irresponsable et qu'il était exclu qu'il soit hospitalisé", avait déclaré vendredi soir le procureur de la République de Chambéry.

La mère avait donné l'alerte

Le drame a eu lieu près de Courchevel, à Bozel, dans le grand chalet de cette famille, où le tueur présumé a été arrêté. Selon les premiers éléments de l'enquête, la mère du suspect serait arrivée jeudi après-midi au domicile alors que son fils était en train de tirer sur ses proches ou qu'il venait de le faire. Elle a pu s'enfuir et donner l'alerte. Présentant une plaie au visage et en état de choc, elle était toujours hospitalisée vendredi soir et n'avait pu être entendue par les enquêteurs. La fille aînée, âgée de 22 ans, était absente lors du drame. Une arme, qui serait celle du crime, a été retrouvée au domicile familial mais elle n'appartiendrait pas à la famille.

Vendredi, les enquêteurs se sont penchés sur la personnalité du fils, qui vivait seul depuis quelques temps dans un appartement, et sur de possibles dissensions liées au fait qu'il travaillait dans l'entreprise paternelle. Selon le parquet, son père "lui reprochait régulièrement son peu d'entrain au travail et son addiction pour les jeux vidéos en ligne". Dans le cadre de l'enquête, son ordinateur pourrait être étudié.

Le père avait fondé il y a deux ans sa société de vente de produits haut de gamme pour voitures, baptisée "Avenir Performance" et basée à Frontenex, à une cinquantaine de kilomètres de Bozel. Il avait fait fortune en brevetant un isolant pour maison.

Vous êtes à nouveau en ligne