Ce que Sarkozy propose pour l'emploi

Nicolas Sarkozy était l\'invité du journal de 20 heures de France 2 le mercredi 22 février 2012.
Nicolas Sarkozy était l'invité du journal de 20 heures de France 2 le mercredi 22 février 2012. (FRANCE2 / AFP)

Invité du Journal de 20 heures de France 2, Nicolas Sarkozy propose de "réformer la prime pour l'emploi", en allégeant les charges sur les bas salaires.

"Mon second quinquennat sera différent du premier", promet Nicolas Sarkozy. Invité du journal de 20 heures de France 2, le président-candidat a dévoilé, une semaine après son entrée en campagne, des propositions sur le thème du travail. RSA, prime pour l'emploi, salaires des grands patrons... Zoom sur les propositions phares du candidat UMP. 

• La réforme de la prime pour l'emploi 

Nicolas Sarkozy souhaite "réformer complètement" la prime pour l'emploi (PPE) en allégeant les charges sur les bas salaires. Selon lui, le redéploiement de la PPE, dont le coût est évalué à 2,5 milliards d'euros, ainsi que la mise en place d'une "taxe sur les revenus financiers qui rapporterait 1,5 milliard d'euros" permettraient de réunir 4 milliards d'euros qui "compenseraient" la baisse des charges sur les bas salaires. Pour le président-candidat, cela devrait permettre "à 7 millions" de salariés, dont le salaire est situé entre 1 et 1,2 smic (de 1 200 à 1 400 euros nets par mois) de "gagner 1 000 euros par an en plus""On supprime des charges sur leurs salaires pour augmenter leur salaire" car "le travail doit être davantage récompensé que l'assistanat."

FTVi / FRANCE 2

• Du travail d'intérêt général pour les bénéficiaires du RSA

Le candidat UMP se prononce pour l'obligation faite aux titulaires du RSA (revenu de solidarité active) qui n'ont pas d'emploi de faire sept heures de travaux d'intérêt général par semaine rémunérées au smic. Il s'agit de la généralisation d'un dispositif expérimenté actuellement dans des départements volontaires.

FTVi / FRANCE 2

• Les retraites-chapeaux, parachutes dorés et salaires des PDG

"Maintenant, il faut interdire les retraites-chapeaux" que s'octroient les dirigeants de grandes entreprises, explique Nicolas Sarkozy. Il précise que la même loi devrait aussi interdire les "parachutes dorés""Il y a une partie des dirigeants qui ne veulent pas comprendre que le monde a changé", a déploré le candidat.

Nicolas Sarkozy propose également que les rémunérations "des plus hauts dirigeants"d'entreprise soient désormais votées par l'assemblée générale des actionnaires et non plus les conseils d'administration des grands groupes. Ces salaires seraient "publiés dans les documents légaux". "Il est normal que les salariés d'une entreprise puissent donner une opinion sur le salaire de celui qui dirige leur entreprise".

FTVi / FRANCE 2

• L'emploi de jeunes

Enfin pour favoriser l'entrée des jeunes dans l'entreprise, il a indiqué que la réforme du baccalauréat professionnel, déjà menée pendant son quinquennat, serait complétée en faisant effectuer systématiquement la troisième année en entreprise. Selon Nicolas Sarkozy, "rien que cette décision, cela ferait 250 000 jeunes de plus en entreprise".

 

Vous êtes à nouveau en ligne