Reims : trois morts dans l'effondrement d'un immeuble

L\'immeuble de Reims (Marne), soufflé par une explosion le 28 avril 2013.
L'immeuble de Reims (Marne), soufflé par une explosion le 28 avril 2013. (YANN GONON / FRANCE 3 CHAMPAGNE - ARDENNE)

L'accident a également fait 14 blessés dont un grave. 

L'effondrement d'un immeuble de quatre étages a fait trois morts et quatorze blessés, dont un dans un état grave mais stable, à Reims (Marne), dimanche 28 avril. Deux personnes ont été retrouvées mortes dans la matinée, et une troisième victime a été extraite des décombres en fin de journée. "Les opérations de déblaiement sont maintenant terminées", a expliqué le parquet de Reims.

Que sait-on des victimes ? 

Les trois victimes, un homme et deux femmes, étaient des locataires des appartements qui se sont effondrés. Environ 300 habitants ont été évacués de la barre HLM partiellement détruite et de deux immeubles proches. Sous le choc, ils "ont été dans un premier temps regroupées dans une école du quartier, puis acheminées vers le complexe sportifs René Tys à Reims, où une salle est mise à leur disposition", ont rapporté nos confrères de France 3 Champagne-Ardenne sur place. Evoquant une "catastrophe épouvantable", la maire de ReimsAdeline Hazan, a détaillé dimanche après-midi les mesures adoptées pour prendre en charge les habitants de l'immeuble effondré.

France 3 Champagne-Ardenne

Que sait-on de l'explosion ? 

L'explosion s'est produite peu après 11 heures dimanche et a soufflé tout un côté d'une barre d'habitation du quartier Wilson, un ensemble de logements sociaux datant des années 1960. 

Alors que les secours ont d'abord parlé d'une potentielle fuite de gaz à l'origine de l'explosion, France 3 Champagne-Ardenne s'interroge : "Se pourrait-il que cet effondrement soit lié seulement à la vétusté de l'immeuble ?" 

Nos confrères citent notamment quelques habitants qui affirment que seul l'extérieur de ces constructions datant des années 60 avait été refait. "Vu l'état des bâtiments, ça ne m'étonne pas. Ici, quand on plante un clou dans le mur, ça s'effrite", raconte par exemple une jeune habitante de l'immeuble. 

De plus, le quotiden régional L'Union souligne que "les images rappellent terriblement l'explosion de Witry-les-Reims survenue au début du mois d'avril" et dont le gestionnaire, le Foyer remois, est le même pour les deux bâtiments. 

"Une enquête approfondie aura lieu, le bailleur est très coopératif", a annoncé la ministre du Logement, Cécile Duflot, sur BFM TV. Cette dernière a précisé : "Il semble que le bâtiment était bien entretenu, il y avait eu les vérifications nécessaires sur les installations, au stade où l'enquête en est à l'instant où je vous parle."

Cette vidéo n'est plus disponible

Vous êtes à nouveau en ligne