Le maire de Cannes propose de taxer les colis, pour "baisser la fiscalité sur les commerces de proximité"

Le maire de Cannes, David Lisnard, le 17 avril 2017.
Le maire de Cannes, David Lisnard, le 17 avril 2017. (VALERY HACHE / AFP)

Pour alléger les charges du petit commerce, le maire LR de Cannes David Lisnard propose de taxer les colis.

Le maire LR de Cannes, David Lisnard, propose de taxer les colis pour alléger les charges du petit commerce. "Tout le poids de la réalité de l'aménagement urbain […] repose sur les commerçants de proximité et les habitants. C'est tout à fait injuste et anormal" alors que "les livraisons à domicile […] occupent l'espace public H24", explique l'élu jeudi sur franceinfo.

franceinfo : Que proposez-vous ?

David Lisnard : Ma proposition c'est de baisser la fiscalité sur les commerces de proximité. Il y a 84 taxes qui touchent les commerces de proximité en France, il y en a trois qui touchent l'e-commerce. Plutôt, comme toujours, de proposer une augmentation de la fiscalité sur le carburant ou les cigarettes, l'idée c'est de dire, l'e-commerce, qui a aussi toute sa place, toute sa légitimité, participe à l'aménagement urbain. On voit bien que les livraisons à domicile aujourd'hui dans les villes dynamiques comme les grandes villes occupent l'espace public H24 sans participer une seule seconde à l'aménagement urbain. Donc tout le poids de la réalité de l'aménagement urbain, l'éclairage public, la propreté des rues, etc, repose sur les commerces sédentaires, les commerçants de proximité et les habitants. Et ça, c'est tout à fait injuste et anormal.

C'est essentiel de garder ces commerçants ?

Je crois qu'on est tous attachés à ce que dans 20 ou 30 ans, il y ait encore des commerces en bas de l'immeuble. On est attachés aux circuits courts, à ce qu'il y ait des vitrines éclairées, à ce qu'il y ait de la vie, à ce que les villes ne soient pas des lieux de transit mais de lieux de sociabilité. Donc, il faut bien trouver des solutions. Il faut du stationnement, il faut de la gratuité du stationnement, il faut des transports en communs. C'est de l'intérêt général et surtout ce n'est pas la défense d'un monde ancien. C'est un style de vie, un style de ville qui à mon avis est indispensable à notre art de vivre et pour nos civilisations. Je crois à l'avenir du commerce de proximité. Je crois qu'il y aura d'ailleurs de plus en plus de mixte entre commerces de proximité et e-commerce mais pour cela, encore faut-il que les petits commerces ne soient pas accablés de charges et de fiscalité. C'est le cas et personne n'en parle parce que, comme ce sont souvent des gens individualistes dans cet univers, ce sont les grands invisibles du débat public et médiatique. Avec cette proposition, je voudrais déjà qu'on crée le débat.

Vous avez le soutien du gouvernement ?

Je n'en sais rien. J'ai le soutien de parlementaires de plusieurs bords et ça c'est intéressant puisque j'ai donc des parlementaires, députés et sénateurs, républicains évidemment mais aussi d'En Marche qui se sont positionnés clairement. Je dois vois Édouard Philippe prochainement. Ça fera partie des points que j'évoquerai avec lui.

Vous êtes à nouveau en ligne