Pourquoi le soleil nous rend si heureux

Une importante foule profite du beau temps, le 30 juin 2013, sur une plage d\'Argelès-sur-Mer (Pyrénées-Orientales).
Une importante foule profite du beau temps, le 30 juin 2013, sur une plage d'Argelès-sur-Mer (Pyrénées-Orientales). (RAYMOND ROIG / AFP)

Le beau temps devrait s'installer, après un printemps très morose et un début d'été difficile. De quoi redonner du baume au cœur. 

Enfin ! Le soleil a fait son grand retour, dimanche 30 juin, en France, et il devrait s'installer dans le ciel hexagonal avant la fin de la semaine, selon Philippe Verdier, spécialiste météo à France 2. Aucune région ne sera épargnée, et Météo France prévoit du beau temps partout en France, pour le week-end des 6 et 7 juillet. Lecteur qui lisez ces lignes, vous devez désormais voir la semaine d'une autre manière. Mais pourquoi la perspective du soleil nous redonne tant le sourire ?

Parce qu'on l'a beaucoup trop attendu

Le printemps vous a semblé aussi long que l'hiver ? Rien de plus normal lorsqu'on jette un œil aux données récoltées par Météo France et analysées par Slate.fr. Cette année, la France a accumulé les records en matière de faible ensoleillement entre mars et juin. Selon Météo France, nous avons bénéficié de 30% de soleil en moins par rapport aux normales printanières établies à partir de la période 1991-2010.

La moitié nord de la France a particulièrement souffert du mauvais temps. Ainsi, la ville de Nancy a reçu 56% de rayons en moins que d'habitude, soit seulement 87 heures de soleil, contre 199 en moyenne, au mois de mai. L'Ile-de-France n'a pas été mieux lotie : les Parisiens n'ont eu droit qu'à 50% de leur ensoleillement habituel, et aucune journée n'a constitué un jour de vrai soleil, c'est-à-dire avec un taux d'ensoleillement supérieur à 80%. Autant dire que les Français sont bien contents de revoir les rayons pointer leur nez. 

Parce que qui dit soleil, dit vacances

Vous ne l'aviez pas en en tête, météo oblige, mais les grandes vacances scolaires débutent vendredi 5 juillet au soir. Le temps estival du week-end est venu vous rappeler joyeusement que le camping, les activités en extérieur, les bouchons sans la clim' et les plongeons dans l'eau étaient proches. Preuve s'il en est que l'été est bel et bien là : la météo des plages a recommencé à s'inviter sur nos écrans lundi 1er juillet. 

Parce que la lumière nous revigore

"La lumière, l'eau et l'air sont les trois nutriments dont on a besoin pour vivre", explique Gérard Pons, président du Centre européen d'information sur la luminothérapie, à francetv info. Pour se sentir bien, nous devons rester deux heures par jour sous une luminosité de 2 000-2 500 lux, soit celle d'un temps couvert en hiver. En-dessous, la stimulation lumineuse se fait moins bien et cela affecte le moral. En revanche, "si on prend plus de lumière, c'est du bonus et on se sentira encore mieux". Une bonne nouvelle puisque lorsqu'il fait beau, "on reçoit 7 000 à 10 000 lux", indique le chronobiologiste Olivier Coudron dans le magazine Psychologies

Parce qu'on peut s'habiller léger 

Le soleil est revenu et les températures sont repassées au-dessus des 20 degrés, même à Paris. Or, "la chaleur douce provoque une dilatation du corps. Tout devient plus léger et facile. C'est pour cela que l'on se sent beaucoup mieux", précise la psychiatre Marie Romanens sur le site Atlantico. "La température de notre corps, (...) plus chaude le jour que la nuit, va [aussi] s'harmoniser avec celle de l'extérieur", produisant une sensation de bien-être, ajoute le magazine Psychologies. 

Autre point positif de ce rebond du thermomètre : il est temps de remiser au placard blousons, grosse maille, collants, de déballer le carton "vêtements d'été" et d'enlever les étiquettes de la jupe/bermuda acheté(e) pendant les soldes. Oublié le style "pelures d'oignon", bonjour le vent (léger) dans les mollets. 

Parce qu'on dort mieux

"On a besoin de lumière pour réguler notre sommeil", rappelle Gérard Pons. "Si la luminosité est trop faible dans la journée, c'est-à-dire inférieure à 2 000-2 500 lux, notre glande pinéale, située dans le cerveau, produit de la mélatonine. Concrètement, on produit du sommeil pendant la journée." Avec le retour du soleil, cette hormone est donc fabriquée plus tard, au moment où le soleil se couche, ce qui joue sur nos cycles biologiques.

Parce que l'astre nous fait du bien (tout simplement)

Surtout, dès qu'il est exposé au soleil, le corps humain sécrète des endorphines sous l'effet des rayons ultraviolets (en plus de prendre une couleur caramel plus seyante qu'un blanc lavabo). Ces composés, proches des opiacés, influent de manière positive sur le moral et procurent une sensation de bien-être. Résultats, selon plusieurs études listées dans le magazine Cerveau & Psycho (en accès abonnés) : vous acceptez plus facilement de prendre des autostoppeurs, donnez des pourboires plus importants, souriez plus à vos congénères, et êtes plus altruistes avec votre prochain. 

Vous êtes à nouveau en ligne