Plus de 200 victimes du monoxyde de carbone

Le monoxyde de carbone est un gaz mortel.
Le monoxyde de carbone est un gaz mortel. (© France 3 PIC)

165 personnes ont été intoxiquées au monoxyde de carbone dans la nuit de samedi à dimanche à Kaltenhouse (Bas-Rhin)

165 personnes ont été intoxiquées au monoxyde de carbone dans la nuit de samedi à dimanche à Kaltenhouse (Bas-Rhin)165 personnes ont été intoxiquées au monoxyde de carbone dans la nuit de samedi à dimanche à Kaltenhouse (Bas-Rhin)

La réunion avait lieu dans la salle des fêtes pour le bal annuel de l'association des joueurs de pétanque. L'état de santé des victimes n'est pas préoccupant, même si 37 ont été hospitalisées.

Dans le Pas-de-Calais, 80 personnes ont aussi été intoxiquées par un chauffage défectueux, dont une gravement, dans l'église St-Cyr d'Angres, près de Lens.

"Nous venons de faire le point, il y a une personne en urgence absolue déjà partie à l'hôpital, trois urgences relatives et entre 70 et 80 personnes que l'on considère comme impliquées et qui ont un taux de monoxyde de carbone dans le sang entre 4% et 20%", a indiqué à l'AFP la préfecture du Pas-de-Calais.

En Alsace, les huit personnes les plus touchées, dont quatre femmes enceintes et deux enfants, ont été placées en caisson hyperbare au centre hospitalier universitaire de Hautepierre, à Strasbourg. Les personnes les moins intoxiquées ont été soignées sur place dans cette petite commune proche de Haguenau et la préfecture a précisé que toutes les victimes pourraient regagner leur domicile dans la journée.

Joseph Maio, président du Pétanque club Kaltenhouse, était circonspect sur l'origine du monoxyde de carbone, un gaz inodore particulièrement dangereux qui provenait vraisemblablement de la cuisine. "C'est un chauffage électrique dans la salle donc ce n'est pas ça qui est à l'origine, et les installations de la cuisine sont quasiment neuves", a-t-il dit. "Le monoxyde peut provenir d'une mauvaise évacuation de l'air mais les hottes aspirantes se mettaient automatiquement en marche quand on allumait le gaz, donc on ne comprend pas".

Vous êtes à nouveau en ligne