Pécresse à l'assaut de l'Ile-de-France

Valérie Pécresse
Valérie Pécresse (© AFP - Martin Bureau)

A six mois des élections, Valérie Pécresse a lancé dimanche la bataille de l'Ile-de-France

A six mois des élections, Valérie Pécresse a lancé dimanche la bataille de l'Ile-de-FranceA six mois des élections, Valérie Pécresse a lancé dimanche la bataille de l'Ile-de-France

Se présentant, à la tête d'une brochette de personnalités, elle a promis sous les voûtes de la Halle Freyssinet, à Paris, la "fin de l'immobilisme".

Se présentant comme la "candidate du quotidien" , "pointant " la galère des transports et du logement", elle a renouvelé son appel à un "programme bleu-vert", malgré le 'niet' des Verts.

Sous les acclamations de 3.000 supporters et des poids -lourds de l'UMP, le secrétaire général Xavier Bertrand et le chef des députés UMP, Jean-François Copé, les rivaux du parti réunis pour l'occasion, elle est la première ministre à se lancer dans la bataille des élections régionales.

C'est une exception au sein du gouvernement alors que le chef de l'Etat avait demandé de ne pas faire campagne trop tôt. "Ce n'est pas une élection comme une autre, ce n'est pas une région comme une autre", a plaidé M. Bertrand.

Avec habileté, la ministre de l'Enseignement supérieur a assuré que Nicolas Sarkozy représentait "son meilleur atout" avec le projet du Grand Paris qu'elle a invité la gauche à soutenir sans esprit partisan.

Pour sa part, Marie-Pierre de la Gonterie (PS) a estimé dimanche que Valérie Pécresse, en lançant sa campagne pour les régionales en IDF, avait préféré "pratiquer l'autopromotion gouvernementale" plutôt que l'ouverture d'un dialogue avec les Franciliens.

Vous êtes à nouveau en ligne