L’huître-espionne au secours des ostréiculteurs

Des coussins d\'huîtres sur tables d\'élevage dans un parc à huîtres du Bassin d\'Arcachon (2018).
Des coussins d'huîtres sur tables d'élevage dans un parc à huîtres du Bassin d'Arcachon (2018). (PHILIPPE ROY / PHILIPPE ROY)

Les voleurs de coquillage déciment chaque année les parcs à huîtres. Groupama propose aux professionnels de la mer une fausse huître connectée pour pister les malandrins.

Chaque année, plusieurs tonnes d'huîtres sont dérobées dans les parcs de la façade atlantique. Pour enrayer ce fléau, Groupama et une start-up vendéenne de la Roche-sur-Yon ont mis au point un mollusque-espion. Il s’agit d'un faux coquillage en plastique difficilement repérable grâce à son camouflage, équipé d’une puce géolocalisable, que l'on glisse dans les "coussins", les poches dans lesquelles sont stockées les huîtres.

La fausse huître est mélangées aux vraies, elle est camouflée.Pierre cordier, directeur général de Groupama Centre Atlantique.

"Dès lors qu’elle est déplacée dans un rayon de plus de cent mètres, ça envoie automatiquement une alerte sur le smartphone de l’ostréiculteur qui peut lui-même aller vérifier sur place ou localiser le coussin d’huîtres qui a été déplacé. Le nombre de vols est important. On sait que c’est un sujet récurrent et qui occasionne des pertes de marges extrêmement importantes pour les producteurs qui vont se monter à 80% de la récolte commercialisable à l’instant T." La durée de vie du mouchard lorsqu'il est déplacé est de 52 jours. Grâce aux antennes-relais, le fabricant est capable de localiser le coquillage mystère à cinq mètres près. Si aucun vol n'intervient, l'espion a une autonomie de cinq ans dans l'eau.

Vous êtes à nouveau en ligne