"On entend des attaques extrêmement dures contre les intermittents"

Des professionnels du spectacle protestent contre la précarisation des intermittents, lors d\'une manifestation en marge du festival d\'Avignon, en 2011.
Des professionnels du spectacle protestent contre la précarisation des intermittents, lors d'une manifestation en marge du festival d'Avignon, en 2011. (GERARD JULIEN / AFP)

Le régime d'assurance chômage des intermittents du spectacle est de nouveau épinglé par la Cour des comptes. Les syndicats se défendent.

"Une dérive persistante". Ce sont les mots sévères de Didier Migaud, premier président de la Cour des comptes, pour qualifier le déficit du régime d'indemnisation des intermittents du spectacle. Chaque année, il creuse d'un milliard le déficit de l'assurance chômage, estimé à 18 milliards d'euros pour 2013. Dans un rapport publié mercredi 22 janvier, la Cour liste des recommandations pour rééquilibrer les comptes. Elle épingle le régime d'allocation des cadres et surtout celui des intermittents du spectacle, qui "ne représentent que 3% des demandeurs d'emploi".

87% des intermittents ont des contrats précaires

Pour la Fédération des syndicats des arts et du spectacle de Force ouvrière (Fasap FO), la conclusion de la Cour des comptes est dangereuse. "Nous sommes très inquiets, car la plupart des intermittents gagnent très peu. Quand ils sont indemnisés par l'assurance chômage, ils sont suspendus au téléphone pour répondre aux petites annonces", défend Françoise Chazaud, secrétaire générale de la Fasap FO. "Et ça fait pas mal de mois qu'on entend des attaques extrêmement dures contre les intermittents", regrette-t-elle.

"On pointe du doigt les artistes qui gagnent bien leur vie, mais quand on connaît la réalité des conditions de travail, ce n'est pas fastueux", poursuit Françoise Chazaud. Selon la Fasap FO, 87% des intermittents du spectacle ont des contrats précaires, contre 43% dans les autres métiers. "Ce n'est pas la solution, de s'attaquer au chômage des précaires. Il y a des abus de contrats intermittents, il faudrait d'abord donner plus de CDI !"

En décembre 2012, la Cour des comptes avait préconisé de supprimer la caisse des congés spectacles. Elle rapportait des augmentations injustifiées pour certains de ses dirigeants. Françoise Chazaud en est persuadée : ce nouveau rapport de la Cour "est un mauvais présage pour les renégociations de l'assurance chômage", programmées d'ici à la fin de l'année. Et de prévenir : "On est en train de préparer les organisations syndicales à quelque chose de très dur."

Vous êtes à nouveau en ligne