REPLAY. Double meurtre dans les Cévennes : retrouvez l'intégralité de la conférence de presse après la reddition du suspect

Valentin Marcone s'est rendu sans opposer de résistance en début de soirée, vendredi, alors que les gendarmes avaient découvert sa cache. 

La fin de quatre jours de traque. Valentin Marcone, l'homme de 29 ans soupçonné d'avoir tué son patron et un de ses collègues dans la scierie où il était employé, dans le village des Plantiers (Gard), s'est rendu vendredi 14 mai, a annoncé le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, sur Twitter. Le suspect a été interpellé sans heurt et il n'y a pas eu de blessé, selon les informations de franceinfo. Il a été placé en garde à vue pour "assassinats", a plus tard annoncé le procureur de la République de Nîmes, Eric Maurel, lors d'une conférence de presse. 

Le fugitif retrouvé à 5 km de la scierie. Selon les informations de franceinfo, Valentin Marcone s'est rendu sans opposer de résistance, alors que les gendarmes avaient découvert sa cache, près de l'église Saint-Marcel de Fontfouillouse. Ce lieu, accessible seulement par des chemins de randonnées, se situe à 5 kilomètres de la scierie où le drame s'est déroulé mardi. Il était en tenue de camouflage lors de son interpellation. 

 "Excusez-moi, je me rends." Le suspect s'est rendu vers 19h15 vendredi, a précisé le général Arnaud Browaëys, commandant des opérations de recherches, lors de la conférence de presse organisée vendredi soir. "Sentant une nouvelle fois probablement [une] équipe s'approcher, il a quitté sa cache, il est redescendu vers son domicile. Il s'est rendu à la première patrouille de gendarmes en disant : 'Excusez -moi, je me rends'", a-t-il relaté.

Le fugitif retrouvé très affaibli. Le commandant des opérations de recherches, Arnaud Browaëys, a décrit un homme "hagard, extrêmement affaibli, qui avait abandonné tout espoir de pouvoir s'en sortir normalement". "Il a fallu lui donner à boire et à manger", et "il n'avait plus d'armes" lors de sa reddition, a-t-il détaillé. 

 Un important dispositif de recherches. Pas moins de 350 gendarmes, aidés de chiens, d'hélicoptères et de drones, ont été mobilisés pour retrouver le fugitif. Jeudi, la gendarmerie du Gard avait lancé un appel à témoins sur les réseaux sociaux, et des mégaphones avaient diffusé le message de son père qui l'implorait de se rendre. 

L'auteur présumé d'un double meurtre. Mardi, à la suite d'une simple remarque de son patron, à qui il n'aurait pas dit bonjour, Valentin Marcone aurait sorti un pistolet et tiré, l'abattant lui, puis un de ses collègues, avant de prendre la fuite dans la forêt cévenole. Il était alors armé d'un pistolet et d'un fusil de précision capable d'atteindre une cible à plusieurs mètres.

Vous êtes à nouveau en ligne