Nouvelle-Calédonie : un "accord politique" sur l'organisation du référendum d'autodétermination

Edouard Philippe annonce un accord sur les principaux points de l\'organisation du référendum de 2018 sur l\'indépendance de la Nouvelle-Calédonie, à Matignon (Paris), le 2 novembre 2017.
Edouard Philippe annonce un accord sur les principaux points de l'organisation du référendum de 2018 sur l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie, à Matignon (Paris), le 2 novembre 2017. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Les différentes parties calédoniennes et le gouvernement sont parvenus, dans la soirée du jeudi 2 novembre, à "un accord politique" sur les principaux points de l'organisation du référendum de 2018 sur l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie.

"Nous avons ce soir un accord politique [sur le référendum d'autodétermination en Nouvelle-Calédonie] et, peut-être au-delà de cet accord politique, nous avons une confiance. C'est au moins aussi important", s'est félicité Edouard Philippe à l'issue du comité des signataires de l'accord de Nouméa à Matignon. Au terme de neuf heures de discussions, les parties se sont notamment mises d'accord sur l'inscription d'office de quelque 11 000 personnes supplémentaires sur la liste électorale spéciale pour la consultation, qui doit avoir lieu au plus tard en novembre 2018.

"Pour le mener à son terme, il faut une résolution de la part de l'ensemble des partenaires. L'Etat est déterminé à jouer tout son rôle. Je crois pouvoir dire (...) que cette confiance existe, qu'elle doit se développer, qu'elle doit s'accroître, mais qu'elle existe, et c'est l'élément le plus encourageant de cette longue journée", s'est félicité le Premier ministre.

Le processus de décolonisation progressif en cours dans l'archipel - français depuis 1853 - doit déboucher, selon les termes de l'accord de Nouméa de mai 1998, sur un référendum d'autodétermination qui interviendra au plus tard en novembre 2018 (la date précise n'est pas encore arrêtée). 

Le Premier ministre sur place fin novembre

La question du corps électoral du référendum figurait en tête de l'ordre du jour de la journée de discussions. D'autres questions ont également été abordées (présence d'observateurs de l'ONU au cours des opérations électorales en 2018, mise en place de bureaux de vote décentralisés, procurations...).

"L'accord politique" trouvé jeudi porte sur "l'ensemble de ces points", a assuré le chef du gouvernement en remerciant "l'ensemble des délégations qui [y] ont toutes contribué""Il demeure un débat sur la traduction juridique que devra prendre cet accord politique", a ajouté Edouard Philippe. Ce débat "concerne le point particulier de l'inscription d'office" des natifs de Nouvelle-Calédonie "y ayant le centre de leurs intérêts matériels et moraux", l'un des principaux points d'achoppement entre non indépendantistes et indépendantistes.

"Ce débat se poursuivra désormais lors de l'examen du projet de loi organique que le gouvernement prépare à présent" et qui "respectera scrupuleusement le cadre de l'accord politique" trouvé, a précisé le Premier ministre, qui a confirmé qu'il se rendrait fin novembre en Nouvelle-Calédonie.

Vous êtes à nouveau en ligne