Littoral : comment indemniser les sinistrés ?

France 3

Depuis 4 ans, les habitants de l'immeuble "Le Signal" à Soulac-sur-Mer, en Gironde, se battent : ils espèrent que l'érosion des dunes sera bientôt classée catastrophe naturelle. Des parlementaires viennent de déposer un projet de loi. 

C'est un bloc de béton abandonné en front de mer, à Soulac-sur-Mer en Gironde : 78 appartements à la dérive. Une propriété privée, mais ouverte aux quatre vents et chacun peut visiter ce vestige menacé par les eaux. La mer grignote le sable. Pourtant, à la construction du Signal, en 1967, ces habitants sont à 300 mètres de l'océan. "Certains avaient au départ besoin de jumelles pour surveiller leurs enfants qui étaient à la plage, rappelle Frédéric Boudeau, directeur de la Communauté de communes Médoc-Atlantique. Maintenant, vous êtes entre 9 mètres et 11,50 mètres".

"La loi Barnier ne prévoit pas l'érosion côtière"

À l'hiver 2014, les tempêtes dévastent la côte : 10 000 mètres cubes de sable protégeaient l'immeuble ; ils ont disparu en une seule marée. Les copropriétaires espèrent encore être sauvés. Mais finalement, la mairie fait évacuer l'immeuble en urgence. Protéger l'immeuble aurait fragilisé le centre-ville de Soulac. Évacués, les 75 copropriétaires ne sont toujours pas indemnisés 4 ans plus tard, car l'État proposait 3 millions d'euros, ils en voulaient 11. Aujourd'hui, revoir leur logement leur fait mal au coeur ; ils sont toujours en colère contre l'État. "Nous ne comprenons pas parce que dans le Nord, en Normandie, de nombreuses villas ont été indemnisées, fait valoir Vincent Duprat. C'était bien de l'érosion côtière, parfois même sableuse, et ça n'a posé aucune difficulté". Certains ont des prêts jusqu'en 2029. Ils payent des charges, un syndic. Leur bataille judiciaire est allée jusqu'au Conseil d'État. Pour l'instant, en vain, car "la loi Barnier ne prévoit pas l'érosion côtière", rapporte Jean-Michel Duponteil, du syndic. Une proposition de loi en ce sens a été déposée, c'est leur dernier recours. En France, un quart du littoral est menacé d'érosion.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne