Creuse : l'enfance volée des Réunionnais

FRANCE 2

Depuis quelques jours, une commission nationale doit faire toute la lumière sur l'affaire dite des enfants de la Creuse, ces 2 150 enfants réunionnais victimes d'immigration forcée entre 1963 et 1982 afin de repeupler nos campagnes.

De son enfance à La Réunion, de son arrivée à neuf ans en métropole, Marie-Jeanne Boyer n'a que quelques bribes de souvenirs. Cette orpheline fait partie des enfants de la Creuse, comme on les appelle aujourd'hui. Elle quitte son île pour la métropole dans les années 1960 et se retrouve couper alors de ses oncles et tantes. De cette enfance volée, Marie-Jeanne Boyer retient l'infinie tristesse d'être séparée des siens, de son île et de ce froid mordant qui l'a saisie dès son arrivée à Guéret (Creuse). 

2 150 enfants déracinés

Marie-Jeanne Boyer fait partie de ces 2 150 enfants réunionnais que la France a déracinés. Dans les années 60, la pauvreté et la surpopulation de l'île inquiètent les pouvoirs publics. Le député de La Réunion, Michel Debré encourage alors le déplacement des enfants de la DDASS vers la métropole et ses campagnes qui, elles, se vident. Depuis quelques jours, une commission nationale doit faire toute la lumière sur cette affaire. Les Réunionnais, eux, demandent réparation : une reconnaissance, des dédommagements financiers et surtout des billets d'avions pour retourner sur leur île.

Vous êtes à nouveau en ligne