Condé-sur-Sarthe : le ras-le-bol des surveillants de prison

France 2

150 surveillants de la prison de Condé-sur-Sarthe (Orne) ont bloqué l'accès à leur établissement mercredi 6 mars. Ils expriment leur ras-le-bol.

Le sourire aux lèvres ne masque pas leur colère. 150 surveillants de la prison de Condé-sur-Sarthe (Orne) ont bloqué mercredi 6 mars l’accès à l’établissement empêchant toute entrée et toute sortie. Cette colère fait suite à l’agression au couteau dont ont été victimes deux surveillants, mardi 5 mars, par un détenu radicalisé. Samuel Hennuyen, un surveillant explique leur réaction : "La décision, c’était un blocage total de l’établissement. On a fait rentrer le médical, ce qui est logique mais pour le reste, que ce soit la direction ou autres, c’est non."

Ils ont peur pour leur sécurité

Leur sécurité n’est plus assurée reprochent-ils au directeur. Tant qu’ils ne seront pas autorisés à fouiller les détenus, la situation n’évoluera pas. Leur prison est l’une des plus sécurisées en France et pourtant, il manque des surveillants. À Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais) où des faits similaires s’étaient déroulés l’année passée, le syndicat s’est mobilisé. Les gardiens de prison réclament notamment des salaires plus élevés pour permettre un recrutement  plus important dans une profession de moins en moins attractive.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne