Nicolas Sarkozy a rappelé jeudi les banques à leurs "responsabilités" en matière de distribution de crédit

Nicolas Sarkozy
Nicolas Sarkozy

"Dans les circonstances très exceptionnelles que nous traversons, les entreprises, notamment les plus petites, ont plus que jamais besoin de visibilité et de stabilité dans leurs financements bancaires", a-t-il déclaré."Je demande donc aux banques (...) de ne pas renégocier les termes et conditions de leurs engagements actuels", a-t-il ajouté.

"Dans les circonstances très exceptionnelles que nous traversons, les entreprises, notamment les plus petites, ont plus que jamais besoin de visibilité et de stabilité dans leurs financements bancaires", a-t-il déclaré.

"Je demande donc aux banques (...) de ne pas renégocier les termes et conditions de leurs engagements actuels", a-t-il ajouté.

Le chef de l'Etat s'exprimait à l'Elysée, devant les préfets et trésoriers-payeurs généraux des départements, qu'il entend mobiliser pour assurer le suivi des différentes mesures annoncées récemment pour préserver le crédit aux entreprises.

Nicolas Sarkozy a d'autre part affirmé qu'un "pacte moral" avait été passé entre la Nation et les banques pour faire face à la crise financière, tout en prévenant qu'on ne pourra "pas éviter qu'il y ait des licenciements".

"A l'égard des grandes entreprises, votre rôle est néanmoins d'en limiter le nombre au maximum en poussant à fond l'utilisation par les entreprises et par leurs salariés de l'outil de la mobilité et des reclassements internes", a ajouté le président de la République.

Selon lui, "les grandes entreprises, quand elles ne peuvent éviter le licenciement, devront financer et mettre en oeuvre les moyens d'accompagner le retour à l'emploi de leurs anciens salariés. Je vous demande de veiller personnellement au respect scrupuleux de ces obligations".

Nicolas Sarkozy a précisé que le "fonds stratégique d'investissement" français destiné à soutenir les entreprises stratégiques serait créé "dans trois semaines".

CRISE FINANCIERE