Neuf interpellations à Amiens après les émeutes d'août 2012

Une vingtaine de voitures stationnées irrégulièrement depuis plusieurs mois, voire plusieurs années sur la voie publique, dans les quartiers nord d\'Amiens (Somme) ont également été enlevés, le 26 mars 2013.
Une vingtaine de voitures stationnées irrégulièrement depuis plusieurs mois, voire plusieurs années sur la voie publique, dans les quartiers nord d'Amiens (Somme) ont également été enlevés, le 26 mars 2013. (MAXPPP)

Dix-sept policiers avaient été blessés, l'été dernier, dans les quartiers nord de la ville, après de violents affrontements avec de jeunes habitants.

Une centaine de policiers, gendarmes mobiles et membres du GIPN : les forces de l'ordre ont déployé un dispositif important pour procéder à une série d'arrestations à Amiens, mardi 26 mars. Neuf personnes ont été interpellées dans la matinée dans l'enquête sur les violences qui avaient ébranlé les quartiers nord de la préfecture de la Somme, en août dernier. Une vingtaine de voitures stationnées irrégulièrement depuis plusieurs mois, voire plusieurs années, sur la voie publique, dans le quartier Fafet-Brossolette, situé au cœur des émeutes, ont également été enlevés.

Les 13 et 14 août 2012, les violents affrontements entre jeunes émeutiers et forces de l'ordre, avec des tirs d'armes à feu, avaient fait 17 blessés parmi les policiers et des millions d'euros de dégâts. Entre septembre et fin janvier, quelque 170 personnes ont été interpellées dans cette zone de sécurité prioritaire (ZSP), "dont une grande partie des auteurs des violences du mois d'août", avait indiqué la direction départementale de la sécurité publique (DDSP). Mais a priori, pas les auteurs des tirs contre les policiers.

Vous êtes à nouveau en ligne