Moscovici: le PS doit "accélérer les choses"

Pierre Moscovici
Pierre Moscovici (© France)

Le député PS a jugé dimanche que son parti est en "phase de reconstruction"

Le député PS a jugé dimanche que son parti est en "phase de reconstruction"Le député PS a jugé dimanche que son parti est en "phase de reconstruction"

Lors de l'émission le Grand Jury de RTL/Le Figaro/LCI, il a affirmé que "Le PS petit à petit se réinstalle comme une force qui est capable de prétendre à l'alternance".

Il a également qualifié de "profondément malsain" le débat sur l'identité nationale lancé par le gouvernement.

Après un "congrès calamiteux" et des élections européennes qui "ont été un calvaire", "les Français commencent....à sentir", la reconstruction opérée par le PS , même s"'il faut qu'il accélère considérablement les choses", juge celui qui plaide dans un livre pour "un réformisme radical".

Quant à la Première secrétaire Martine Aubry, depuis les universités d'été de la Rochelle, elle "s'est emparée de la fonction".

Interrogé sur le fait de savoir si Ségolène Royal était "un apport ou un embarras", M. Moscovici a répondu: "les deux".

Le responsable socialiste juge également que "ce pays n'est pas heureux avec Nicolas Sarkozy" qui "a complètement raté sa rentrée" et "la droite est terriblement affaiblie".

Régionales: discussions prévues avec le MoDem
En ce qui concerne les élections régionales de mars, sans "ignorer le challenge" que représentent, par exemple, "les Verts", il estime qu'au deuxième tour, il faut parler avec le MoDem" mais "sur un rapport de forces clair".

Le député PS a qualifié le débat sur l'identité nationale, de "diversion" à quelques mois des régionales. Avec "à la tête de la manoeuvre", "l'exécuteur des basses oeuvres, Eric Besson...Je crains terriblement que ce débat dans les préfectures dérive vers le repli xénophobe et vers le nationalisme dont François Mitterrand rappelait qu'il était synonyme de la guerre", a-t-il averti.

Revenant sur les propos tenus par Nicolas Sarkozy mardi dans les Vosges - "la terre fait partie de l'identité nationale française"-, M. Moscovici juge que même si le chef de l'Etat ne peut pas être suspecté de pétainisme, "il a fait exprès d'utiliser les mots utilisés par le général Pétain" pour "jouer avec les émotions".

Vous êtes à nouveau en ligne