Mme Alliot-Marie a démissionné dimanche de son poste de ministre des Affaires étrangères

Michèle Alliot-Marie à l\'Assemblée nationale, le 14 décembre 2010.
Michèle Alliot-Marie à l'Assemblée nationale, le 14 décembre 2010. (AFP / Fred Dufour)

Fidèle de Jacques Chirac ralliée à Nicolas Sarkozy, Michèle Alliot-Marie, 64 ans, a quitté le gouvernement dimanche après huit ans et demi d'une longue carrière ministérielle,à des postes régaliens.Elle était fragilisée depuis plusieurs semaines en raison de son voyage en décembre en Tunisie,en pleine révolte populaire, et de ses propos lénifiants.

Fidèle de Jacques Chirac ralliée à Nicolas Sarkozy, Michèle Alliot-Marie, 64 ans, a quitté le gouvernement dimanche après huit ans et demi d'une longue carrière ministérielle,à des postes régaliens.

Elle était fragilisée depuis plusieurs semaines en raison de son voyage en décembre en Tunisie,en pleine révolte populaire, et de ses propos lénifiants.

Surnommée MAM, cette gaulliste européenne convaincue, donnée un temps possible successeur de François Fillon à Matignon, était titulaire du portefeuille des Affaires étrangères depuis novembre 2010, après avoir été à la Justice (juin 2009-novembre 2010) et à l'Intérieur (2007-2009).

Auparavant, elle a été ministre de la Défense pendant toute la durée du deuxième mandat de Jacques Chirac (2002-2007), après avoir été la première femme à présider le RPR (1999-2002).

Née le 10 septembre 1946 à Villeneuve-le-Roi (Val-de-Marne), elle est la fille de Bernard Marie, ancien arbitre international de rugby, député-maire RPR de Biarritz (Pyrénées-Atlantiques), dont elle a été la suppléante à l'Assemblée nationale de 1978 à 1981.

Docteur en droit et en sciences politiques, titulaire d'une maîtrise d'ethnologie et du certificat d'aptitude à la profession d'avocat, cette spécialiste de l'économie des pays d'Afrique, a commencé sa carière en 1970 comme assistante à la faculté de droit de Paris.

Elle décroche son premier mandat électif en 1983, comme conseillère municipale de Ciboure (Pyrénées-Atlantiques) avant de l'être à Biarritz, six ans plus tard. Elue députée pour la première fois en 1986, elle a été plusieurs fois réélue depuis. Maire de Saint-Jean-de-Luz (1995-2002), elle a aussi été députée européenne de 1989 à 1993.

Elle a pris la tête du RPR en 1999 qu'elle dirigera jusqu'à la réélection de Jacques Chirac en 2002. Auteur de "La République des irresponsables" (1999) ou "Le chêne qu'on relève" (2005), elle est la compagne de Patrick Ollier, nommé en novembre ministre des Relations avec le Parlement.

Vous êtes à nouveau en ligne