Torture en Algérie : une déclaration qui fait débat

FRANCE 2

Les plaies de la guerre d'Algérie sont loin d'être refermées. En reconnaissant la responsabilité de la France dans la mort de Maurice Audin, Emmanuel Macron a déclenché des réactions au sein de la classe politique.

Ce n'est pas le communiste qu'il défend, mais le mathématicien, comme lui. Cédric Villani porte depuis des années le combat pour la mémoire de Maurice Audin. Il parle aujourd'hui de justice : "C'est un moment où on cherche à regarder les choses en face avec sincérité", confie le député La République en marche. Sébastien Jumel, député communiste, était présent aux côtés d'Emmanuel Macron auprès de la veuve de Maurice Audin. Ce geste est pour lui une manière pour la France de se réconcilier avec son histoire. Au Rassemblement national, la décision passe mal.

Des avis réservés à droite

"On ne voit pas bien quel est l'intérêt pour le président de la République de remettre du sel sur les plaies, de rouvrir des blessures, sauf à considérer que peut-être, il souhaite surfer sur la division des Français", a affirmé Marine Le Pen. À droite, les avis sont plutôt réservés dans l'ensemble. Pour Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat, "en matière d'Histoire, il ne faut jamais craindre la vérité. Et en même temps il ne faut pas instrumentaliser l'Histoire."

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne