Ludovic Torbey : Nuit Debout est "la rencontre entre citoyens qui proposent des modes d'actions joyeuses"

France 3

Ludovic Torbey, co-auteur de "On vaut mieux que ça", était l'invité du Grand Soir 3 vendredi 29 avril. Il donne sa vision sur le mouvement Nuit Debout.

Ludovic Torbey se définit comme un précaire qui vit grâce à un peu d'argent de ses parents, un peu de RSA et de petits boulots. Il explique avoir fondé une chaîne Youtube, avec des amis, sur laquelle on peut retrouver des témoignages de nombreux jeunes confrontés à la précarité du monde du travail. Il a également co-écrit un livre, "On vaut mieux que ça", avec huit amis, pour mettre en récit le fait que les jeunes et les moins jeunes vivent aujourd'hui avec les mêmes déceptions, notamment celles liées au travail. "Dans ce livre, on montre que les contraintes et le cadre qu'on donne à notre action au travail sont souvent bizarres. On nous demande de vendre, de remplir les objectifs, de faire du chiffre alors que ça ne correspond pas à la situation que nous vivons", explique-t-il sur le plateau du Grand Soir 3. Ludovic Torbey étaye son argument en donnant l'exemple d'une personne qui travaille dans un centre d'appels, qui a affaire à une personne en deuil et qui doit lui vendre un contrat. "Les consignes de travail qu'on lui donne ne représentent pas la dignité, les exigences d'humanité, qu'une personne vit au quotidien", complète-t-il.

De l'espoir

Pour Ludovic Torbey, le mouvement Nuit Debout c'est "la rencontre entre des citoyens, des gens ordinaires, qui apprennent à se comprendre et proposent des modes d'actions joyeuses" comme, par exemple, l'organisation d'un apéritif devant chez Manuel Valls ou des gens qui repeignent des panneaux publicitaires, en plus de la contestation contre la loi travail. "On a voulu montrer qu'on faisait mieux ensemble et qu'il y avait un espoir qui vivait en nous. Et Nuit Debout, c'est un peu ce débordement des cases où on n'attend plus que des gens nous dictent la solution". Pour le jeune homme, il est trop tôt pour dire si Nuit Debout ressemblera à Mai 68 mais il relaie une déception des contestataires envers les politiques. Pour lui, il faut désormais laisser du temps au mouvement pour construire quelque chose ensemble.
Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne