Les trois-quarts des banques ont durci leurs conditions de prêt aux entreprises au troisième trimestre

77% des établissements de crédit ont reconnu avoir "sensiblement" ou "quelque peu" durci leurs critères d'attribution des crédits aux entreprises depuis la fin juin, contre 22% assurant n'avoir pas modifié leurs critères, selon une étude de la Banque de France.

77% des établissements de crédit ont reconnu avoir "sensiblement" ou "quelque peu" durci leurs critères d'attribution des crédits aux entreprises depuis la fin juin, contre 22% assurant n'avoir pas modifié leurs critères, selon une étude de la Banque de France.

L'aggravation de la crise financière en septembre a visiblement changé la donne puisqu'au second trimestre 2008, près des deux-tiers des banques déclaraient n'avoir pas durci leurs conditions de prêts.

Ce durcissement des critères est plus marqué pour les PME (82%) que pour les grandes entreprises (52%), selon ce sondage réalisé auprès de 15 établissements de crédit représentant 100% de la distribution de crédits aux entreprises en France, en deux étapes entre le 7 et le 14 octobre.

Les menaces du "médiateur du crédit"

Le médiateur national du crédit, René Ricol, a averti lundi qu'il dénoncerait auprès du président Nicolas Sarkozy les banques qui ne prêtent pas aux entreprises alors qu'elles s'y sont engagées.

"Si les banquiers ne jouent pas le jeu, alors les conséquences seront efficaces, l'Etat n'hésitera pas à prendre des participations au capital des banques pour éviter qu'il y ait un dérapage", a dit M. Ricol sur Europe 1.

Selon M. Ricol, "si les banquiers jouent le jeu, s'ils acceptent de soutenir toutes les lignes de crédit en cours - sauf si une société connaissait des difficultés particulières - et de prendre plus de risques, ce qu'ils doivent faire, alors nous éviterons une large partie de la crise économique".

"On est vraiment aujourd'hui à un point où les banquiers doivent choisir dans quel camp ils sont: est-ce qu'ils sont indifférents à toutes les situations de détresse, de drame, ou est-ce qu'ils décident de soutenir" les entreprises ?, a-t-il dit.

Vous êtes à nouveau en ligne