Les tombes de 51 soldats allemands profanées dans un cimetière des Ardennes

Le cimetière de Saint-Etienne-à-Arnes (Ardennes), où a eu lieu la profanation.
Le cimetière de Saint-Etienne-à-Arnes (Ardennes), où a eu lieu la profanation. (CAPTURE GOOGLEMAPS / FTVI)

ARDENNES - La profanation a été commise non loin de Reims, où Merkel et Hollande célèbrent dimanche les 50 ans de la réconciliation franco-allemande.

La coïncidence est troublante. Alors qu'Angela Merkel et François Hollande célèbrent, dimanche 8 juillet, le cinquantenaire de la réconciliation franco-allemande à Reims, quarante tombes ont été profanées à moins de 40 km de là, dans un cimetière militaire des Ardennes où reposent des soldats allemands de la première guerre mondiale.

Selon les premiers éléments de l'enquête, 51 croix en bois de ce cimetière de Saint-Etienne-à-Arnes ont été renversées ou arrachées et certaines utilisées pour un feu de camp, près duquel "de très nombreuses bouteilles d'alcool et de bière" ont été retrouvées, selon la préfecture des Ardennes.

Action déterminée ou actes irresponsables ?

Aucun élément ne permet pour l'instant de déterminer s'il s'agit d'une "action déterminée" ou "inconséquente de gens irresponsables", explique-t-on à la préfecture. "On n'a retrouvé aucune inscription ou tag laissant à penser à une revendication ou à un message politique. On ne privilégie rien à ce stade, il faut être prudent", ajoute la préfecture, qui évoque l'hypothèse que les faits aient été commis dans la nuit de vendredi à samedi.

Dans le village, quelques inscriptions comme "Hitler, c mon père", "Marine, je t'aime !", ou encore une croix gammée avec écrit "Flic de mort", qui semblaient récentes, étaient toutefois visibles, sans qu'un lien ne soit établi avec la profanation des tombes.

On ignore aussi les auteurs ont cherché à s'en prendre à des tombes allemandes ou françaises. Car dans ce cimetière, si la plupart des 12 000 sépultures, réparties sur 4 hectares, sont des tombes de soldats allemands, les autres sont celles de soldats français.

Une gerbe de fleurs pour marquer l'amitié franco-allemande

"Une enquête est en cours et tous les moyens seront mis en oeuvre pour retrouver les responsables de ces dégradations insupportables", indique le ministère de l'Intérieur. Les gendarmes, alertés samedi en fin d'après-midi, ont notamment effectué des opérations pour tenter de recueillir des empreintes digitales ou génétiques.

"A la veille de la grande cérémonie du cinquantenaire de réconciliation franco-allemande qui se déroulera à Reims en présence de la chancelière allemande et du président de la République, ces actes sont totalement intolérables", s'est indigné le ministère. Dimanche, une gerbe de fleurs sera déposée sur les lieux afin de "marquer l'attachement indéfectible de la République à l'amitié franco-allemande".

"Aucune force obscure, et encore moins la bêtise qui lui prête souvent son concours, ne pourra altérer le mouvement profond de l'amitié franco-allemande", a déclaré en réaction le chef de l'état à Reims aux côtés d'Angela Merkel.