Les sources de conflit de la réforme du collège

FRANCE 2

La droite, le centre et même des personnalités de gauche fustigent la réforme de Najat Vallaud-Belkacem. France 2 détaille les principaux points du projet qui font débat.

Le président de la République était aux côtés de sa ministre de l'Éducation, Najat Vallaud-Belkacem, ce 7 mai, pour présenter le plan numérique à l'école, qui représente un investissement de 1 milliard d'euros. Il voulait aussi surtout défendre la réforme du collège, qui a attiré la colère d'une partie de la classe politique et enseignante.

Le texte actuel prévoit d'abord plus d'autonomie pour les établissements. Dès 2016, chaque collège fixera librement 20% du programme. Si les politiques sont plutôt d'accord, les syndicats craignent "une éducation à deux vitesses" avec des collèges plus ambitieux que d'autres.

Du changement pour les langues

L'enseignement du latin et du grec serait aussi modifié : les langues mortes ne seraient plus des options, mais feraient partie de cours plus vastes, comme l'histoire de l'Antiquité, pour ne pas laisser le latin aux meilleurs élèves. Les classes bilangues et européennes devraient par ailleurs disparaître pour laisser place à l'apprentissage, dès la classe de cinquième, d'une deuxième langue étrangère.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne