Les salariés du privé élisent mercredi les conseillers prud'homaux. Une élection test pour les syndicats

Panneaux électoraux en vue des prud\'homales (ici, à Toulouse)
Panneaux électoraux en vue des prud'homales (ici, à Toulouse) (AFP/PASCAL PAVANI)

Quelque 19,2 millions d'électeurs (18,670 millions de salariés du secteur privé et 518.000 employeurs inscrits) sont appelés à participer à ce scrutin (le vote est possible pendant les heures de travail).Les prud'hommes sont chargés de trancher les conflits individuels du travail.

Quelque 19,2 millions d'électeurs (18,670 millions de salariés du secteur privé et 518.000 employeurs inscrits) sont appelés à participer à ce scrutin (le vote est possible pendant les heures de travail).

Les prud'hommes sont chargés de trancher les conflits individuels du travail.

L'enjeu du scrutin

Principal enjeu du scrutin du 3 décembre: évaluer le rapport de forces entre syndicats, dans un contexte d"inquiétudes chez les salariés, qui n'ont toutefois pas l'habitude de se mobiliser massivement pour ce scrutin. Si, tous les cinq ans, ces élections servent à désigner les conseillers prud'homaux chargés de juger les litiges entre salariés et employeurs, elles permettent aussi aux syndicats, à travers ce scrutin de listes, de mesurer leur crédit dans le monde du travail.

Au précédent scrutin de 2002, la CGT était arrivé en tête avec 32,1% des voix (-0,9 point par rapport à 1997), devant la CFDT (25,2%, -0,14 pt), Force Ouvrière (18,3%, -2,25 pts), la CFTC (9,7%, +2,2 pts), la CFE-CGC (7%, +1,1 pt), l'Unsa (5%, +4,3 pts), Solidaires -dont les syndicats Sud- (1,5%, +1,2 pt) et les listes diverses (1,3%, -5,1 pts).

Autre indice à surveiller, celui de la participation. A chaque élection, les regards se portent sur celle-ci, qui n'a cessé de diminuer depuis 1979. En près de 30 ans, elle a chuté de 63% à 32,7%. Le secrétaire général de la CGT Bernard Thibault souhaite "que les salariés comprennent que ce vote va aussi représenter un test social pour le gouvernement et lui adressent un message".

Les évolutions seront étudiées de près, alors que de nouveaux critères de représentativité syndicale, fondés sur les résultats aux élections professionnelles, vont entrer progressivement en vigueur d'ici cinq ans. Même si les prud'homales ne seront pas le scrutin de référence pour mesurer l'audience, chaque organisation évaluera, à l'aune des résultats, le chemin qu'il lui reste à parcourir pour conserver ou obtenir le droit de négocier un accord social.

Pour avoir une place à la table des négociations dans une entreprise, un syndicat devra avoir obtenu au moins 10% des voix et, dans une branche et au niveau interprofessionnel, au moins 8%. "Les élections auront un impact politique, ce sera une étape de la représentativité", reconnaît le secrétaire général de Force Ouvrière Jean-Claude Mailly. Si les plus grosses centrales, CGT, CFDT et FO, ne doutent pas de leur représentativité, la CFTC et la CFE-CGC ont plus à craindre pour leur survie. L'Unsa et Solidaires, non-représentatives, ont présenté plus de candidats et espèrent un score en progression pour conquérir leur représentativité.

Prud'homales: précédents résultats

1979 1982 1987 1992 1997 2002 tx d'abstention 36,8 41,3 54,1 59,6 65,6 67,3 CGT 42,4 36,8 36,3 33,3 33,1 32,1 CFDT 23,1 23,5 23,1 23,8 25,3 25,2 FO 17,4 17,8 20,5 20,5 20,5 18,3 CFTC 6,9 8,5 8,3 8,6 7,5 9,7 CFE-CGC 5,2 9,6 7,4 6,9 5,9 7,0 Unsa -- -- -- 0,1 0,7 5 Solidaires (1) 0,5 0,3 1,5 Divers 4,6 3,8 4,3 6,2 6,4 1,2
(1): groupe des dix avant 2002. Comprend notamment le syndicat SUD
Vous êtes à nouveau en ligne