Les magistrats outrés des déclarations d'Hortefeux

Brice Hortefeux a estimé que l\'\"assassinat\" de Marie-Christine Hodeau \"aurait  pu être évité\"
Brice Hortefeux a estimé que l'"assassinat" de Marie-Christine Hodeau "aurait pu être évité" (© AFP / Alain julien)

Les syndicats de juges ont jugé "scandaleux" jeudi les propos du ministre de l'Intérieur suite au meurtre d'une joggeuse

Les syndicats de juges ont jugé "scandaleux" jeudi les propos du ministre de l'Intérieur suite au meurtre d'une joggeuseLes syndicats de juges ont jugé "scandaleux" jeudi les propos du ministre de l'Intérieur suite au meurtre d'une joggeuse

Les réactions n'ont pas tardé après que Brice Hortefeux ait mis en cause "les juges d'application des peines" qui ont pris "la décision de libération conditionnelle" du meurtrier présumé.

Il est "scandaleux" de s'en prendre ainsi à des magistrats qui ont "appliqué la loi", a jugé Christophe Régnard, le président de l'Union syndicale des magistrats.

"La Garde des Sceaux précédente, Rachida Dati, n'a cessé de dire qu'il fallait aménager les peines au maximum pour vider les prisons, et assurer le suivi des personnes à l'extérieur", a-t-il ajouté.

M. Régnard a également souligné un débat "récurrent" en cas d'affaires impliquant des récidivistes, comme l'assassinat de Nelly Crémel en juin 2005 ou l'enlèvement du petit Enis à Roubaix (Nord) en août 2007. "A chaque fois on vote une loi, et à chaque fois on tombe sur le juge qui est un bouc émissaire idéal", a-t-il protesté, souhaitant "que le gouvernement s'occupe déjà de donner les moyens à la justice de fonctionner normalement".

Emmanuelle Perreux, présidente du syndicat de la magistrature (SM, classé à gauche), a regretté d'"entendre M. Hortefeux faire des raccourcis aussi rapides" et "désigner quelqu'un à la vindicte". "C'est extrêmement démagogique mais ca ne résoud pas le problème de terrain". Pour elle, il vaudrait mieux "se poser la question plus globale de la façon dont ce type de délinquance extrêmement grave est pris en charge et traité".

"Les taux de récidive pour les gens qui ont fait l'objet d'un aménagement de peine sont moins importants que pour ceux qui sortent de prison sans aucun suivi", a-t-elle assuré. Mais cela ne suffit pas, a-t-elle ajouté, regrettant "un dispositif défaillant dans la prise en charge et la réinsertion, notamment pendant le temps carcéral".

Brice Hortefeux a jugé que l'"assassinat" de Marie-Christine Hodeau "aurait pu être évité", et a mis en cause "les juges d'application des peines qui ont pris la décision de libération conditionnelle" du meurtrier présumé.

Lire aussi

Vous êtes à nouveau en ligne