Les feux de forêt historiquement limités cet été en France

Un bombardier d\'eau de la sécurité civile, le 31 août 2012 à Ajaccio (Corse-du-Sud).
Un bombardier d'eau de la sécurité civile, le 31 août 2012 à Ajaccio (Corse-du-Sud). (PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)

Entre le 1er janvier et le 4 septembre, quelque 1 050 hectares de forêt ont brûlé sur le territoire.

Il n'y a jamais eu aussi peu de feux de forêt en France. La direction générale de la sécurité civile a annoncé, vendredi 6 septembre, que 1 050 hectares de forêt avaient brûlé entre le 1er janvier et le 4 septembre. Ce chiffre est bien inférieur aux 12 500 hectares qui partent en fumée en moyenne sur la même période depuis dix ans.

Si l'on prend en compte une année complète, depuis 1976, quelque 30 000 hectares de forêt sont partis en fumée en moyenne chaque année. Les pires bilans ont été enregistrés en 1976 (88 300 hectares brûlés) et 2003, année de la canicule (73 300). Mais, depuis 2003, la tendance est à la baisse, avec une très bonne année enregistrée en 2008 (seulement 6 000 hectares brûlés).

"Maintenant, tout départ de feu est signalé très rapidement"

Comment expliquer ce bon chiffre ? Les conditions météo ont été très favorables cette année, avec de la pluie et peu de vent. A plus long terme, la lutte anti-incendie bénéficie d'un changement de stratégie - les pompiers sont désormais déployés a priori en cas de risque important - et du téléphone portable. "Maintenant, tout départ de feu est signalé très rapidement", explique Philippe Michaut, expert de la sécurité civile.

Mais, à long terme, les pompiers s'attendent à devoir affronter des incendies plus nombreux et plus graves, ce qu'ils appellent des "feux catastrophes", en raison des changements climatiques et des modifications que ceux-ci induisent déjà sur la végétation.

Vous êtes à nouveau en ligne