En photos au Louvre-Lens : l'histoire de ces Polonais venus dans le Nord pour travailler dans le bassin minier

Boucherie-charcuterie, Kazimir Zgorecki 1920-1930
Boucherie-charcuterie, Kazimir Zgorecki 1920-1930 (CRP Hauts-de-France / Kazimir Zgorecki)

Ces clichés de Kasimir Zgorecki sont présentés au Louvre-Lens dans le cadre d'une double exposition consacrée à la Pologne. 

Il s'appelait Kasimir Zgorecki (1904-1980), il était Polonais, mineur, et comme des milliers d'autres compatriotes il est arrivé en France dans l'entre-deux-guerres pour travailler dans le bassin minier. 

Chaudronnier de formation, il ne travaille que six mois dans les mines, avant de se tourner vers la photographie professionnelle. Longtemps ignoré du grand public, ce trésor est aujourd'hui mis à jour grâce à l'artiste Frédéric Lefever. 

Le musée du Louvre-Lens présente ce fonds exceptionnel dans le pavillon de verre jusqu'au 30 mars 2020. 

Instants de vie 


Parmi les photos retrouvées par Frédéric Lefever, beaucoup illustrent les mariages, les fêtes familales ou des soirées festives dans les corons. Ces images montrent toutes les facettes de la communauté dans laquelle évolue Kasimir Zgorecki à l'époque.

De 1920 à 1939, l'homme capte ces instants de vie où l'on se montre sous son meilleur jour. "C'est une mise en abyme, cette manière de dire 'je vais vous prendre en portrait' tout en se photographiant lui à l'intérieur-même. Il est aussi partie prenante de cette communauté", détaille Frédéric Lefever.

Le studio de photographie de  Kazimir Zgorecki à Rouvroy
Le studio de photographie de  Kazimir Zgorecki à Rouvroy (CRP Hauts-de-France / Kazimir Zgorecki)

Histoire d'une diaspora dans la "petite Pologne

En 1919, au lendemain de la signature d'un accord entre la France et la Pologne, de nombreux travailleurs polonais émigrent dans les régions minières françaises. L'Est et le Nord accueillent alors des milliers d'ouvriers. Parmi eux, Kasimir Zgorecki qui fait partie de cette diaspora polonaise.

Salon de couture
Salon de couture (CRP Hauts-de-France / Kazimir Zgorecki)

Loin de la famille, les photos de Kasimir sont le seul lien avec ceux restés au pays. Devant  l'objectif, on pose dans ses plus beaux atours, devant des vitrines de magasins. "C'est une manière de justifier leur exil et de montrer aux familles restées en Pologne qu'ils ont réussi et se sont intégrés", explique Caroline Tureck, Co-commissaire de l'exposition "La petite Pologne".

Portrait de femme
Portrait de femme (CRP Hauts-de-France / Kazimir Zgorecki)

Les petits "Ch'ticki"

Cette période correspond aussi à la naissance d'une identité à la croisée de la culture du Nord et la tradition polonaise. Apparait alors une communauté singulière, que l'on appelait à l'époque "Les Ch'ticki".

Photo folklorique
Photo folklorique (CRP Hauts-de-France / Kazimir Zgorecki)

Sculpteur de lumière, témoin de l'intérieur, Kasimir Zgorecki narre dans ses photos, un morceau de l'histoire des Polonais qui s'est vécue à des milliers de kilomètres de leur pays. 

Kasimir Zgorecki : Photographier la "Petite Pologne" 1924-1939 
Du 25 septembre 2019 au 30 mars 2020 
Exposition photographique au Pavillon de verre. Entrée gratuite
A voir également au Louvre-Lens "Pologne, peindre l'âme d'une nation"

Vous êtes à nouveau en ligne