Le tribunal de commerce de Lyon a annoncé la liquidation judiciaire du leader français de la presse gratuite d'annonces.

Un salarié de Paru Vendu brandit un faux journal titrant \"Paru vendu liquidé\", le 3 novembre 2011.
Un salarié de Paru Vendu brandit un faux journal titrant "Paru vendu liquidé", le 3 novembre 2011. (JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)

La Comareg, éditeur de Paru Vendu, n'est pas seul à être mis en liquidation : Hebdoprint, son centre d'impression, est aussi concerné. Soit 1650 postes.

La Comareg, éditeur de Paru Vendu, n'est pas seul à être mis en liquidation : Hebdoprint, son centre d'impression, est aussi concerné. Soit 1650 postes.

La Comareg explique la liquidation par "la migration du marché des petites annonces sur internet et la crise économique qui a réduit l'ensemble des investissements publicitaires dans l'emploi, l'immobilier, l'automobile.

Annonçant la décision, le président du tribunal a "remercié les salariés" et leur a souhaité "bonne chance", selon une journaliste de l'AFP sur place. Plusieurs centaines de salariés s'étaient massés devant le palais de justice, distribuant de faux "Paru vendu" titrant "Paru vendu liquidé". Selon les représentants du personnel, la liquidation judiciaire de ces sociétés employant plus de 1600 personnes est la plus importante en France cette année.

Leader de la presse gratuite d'annonces, la Comareg était en redressement judiciaire depuis le 30 novembre 2010. Hebdoprint avait fait l'objet d'une procédure de sauvegarde. Groupe Hersant Media, dont dépend Hebdoprint, avait indiqué vendredi dernier n'avoir reçu aucune "offre recevable de reprise" de son pôle de presse gratuite d'annonces, composé des deux sociétés.

Vous êtes à nouveau en ligne