Le service de livraison de repas Take Eat Easy jette l'éponge

Des livreurs à vélo du service de restauration Deliveroo, un des concurrents de Take Eat Easy, le 31 mars 2016 à Paris.
Des livreurs à vélo du service de restauration Deliveroo, un des concurrents de Take Eat Easy, le 31 mars 2016 à Paris. (ERIC FEFERBERG / AFP)

L'application, qui permettait aux particuliers de se faire livrer à vélo des plats de restaurants, a été victime de la concurrence dans un secteur de plus en plus concurrentiel.

Les livreurs à vélo de Take Eat Easy vont devoir poser le pied à terre. Le service de livraison de repas, depuis des restaurants jusqu'aux particuliers, a annoncé sa fermeture et son placement en redressement judiciaire, mardi 26 juillet, sur son site et via un message de sa cofondatrice sur la plateforme Medium. Take Eat Easy est la première victime de la guerre que se livrent ces services de livraison de repas, qui se sont multipliés ces dernières années.

Fondé en 2013 en Belgique, Take Eat Easy employait 160 personnes et livrait dans 20 villes, dont 11 en France. Le service avait récemment passé le cap du million de commandes, explique sa co-fondatrice. Mais il comptait de nombreux concurrents, comme Deliveroo ou Foodora. En mars, l'entreprise Uber s'était lancée dans ce domaine à Paris avec l'application UberEats.

Les fondateurs de Take Eat Easy expliquent qu'un grand groupe français a renoncé, il y a deux mois, à un investissement de 30 millions d'euros dans l'entreprise, la plongeant dans d'importantes difficultés financières. De plus, malgré son succès grandissant, le service n'était pas encore rentable. Dans un autre article sur Medium, ils détaillent les difficultés de leur modèle, notamment liées aux limites des livraisons par des coursiers à vélo : un métier intense et précaire, sur lequel s'était penché francetv info.