Le Sénat rejette le scrutin paritaire pour les cantonales

Une vue générale de l\'hémicycle du Sénat, le 16 octobre 2012.
Une vue générale de l'hémicycle du Sénat, le 16 octobre 2012. (ERIC FEFERBERG / AFP)

L'UMP et la majorité des centristes ont voté contre. Les écologistes et les communistes se sont abstenus ainsi que quelques centristes.

Le scrutin paritaire n'a pas passé la porte du Sénat. Prévu dans le cadre d'un projet de loi de Manuel Valls, il doit instaurer l'élection au scrutin majoritaire d'un binôme homme-femme de conseillers généraux dans chaque canton : un mode de scrutin décrit comme unique au monde et rejeté jeudi 17 janvier par les sénateurs, à l'issue d'un débat houleux. 

Mesure phare d'un projet de loi électoral du ministre de l'Intérieur, la mesure, inscrite dans l'article 2 du projet de loi "relatif à l'élection des conseillers municipaux, des délégués communautaires et des conseillers départementaux et modification du calendrier électoral"; a été rejetée par 164 voix contre 144. L'UMP et la majorité des centristes ont voté contre. Les écologistes et les communistes se sont abstenus ainsi que quelques centristes. Seuls le PS et le RDSE (à majorité radicaux de gauche) l'ont approuvé.

Des déclarations sexistes 

Ce projet était vilipendé par la droite et le centre-droit, notamment parce qu'il implique une division par deux du nombre de cantons et donc leur découpage. es débats autour du scrutin ont été animées dans la journée. Mais les arguments défendus par les opposants à cette mesure, ont parfois joué sur un registre autre que la politique. "Obsession sexuelle", "potiches", "gadget" : des sénateurs de droite se sont défoulés contre ce mode de scrutin, provoquant une réaction scandalisée de sénatrices et un débat survolté, comme le montre cette vidéo de Public Sénat.


« Misogyne beauf », « nana » : échanges... par publicsenat