Le procureur de Manhattan a annoncé mercredi le maintien des poursuites et exclu de se dessaisir de l'affaire

Dominique Strauss-Kahn à la Cour suprême de New-York, le 1er juillet
Dominique Strauss-Kahn à la Cour suprême de New-York, le 1er juillet (AFP-Todd Heisler)

Le procureur de Manhattan a annoncé le maintien des poursuites pour crimes sexuels contre Dominique Strauss-Kahn et exclu de se dessaisir de l'affaire, comme l'a réclamé l'avocat de la victime présumée en accusant le bureau du procureur de "fuites" dans la presse.

Le procureur de Manhattan a annoncé le maintien des poursuites pour crimes sexuels contre Dominique Strauss-Kahn et exclu de se dessaisir de l'affaire, comme l'a réclamé l'avocat de la victime présumée en accusant le bureau du procureur de "fuites" dans la presse.

Mercredi, les avocats de l'ancien patron du FMI, Benjamin Brafman et William Taylor, ont débattu de l'avenir judiciaire de Dominique Strauss-Kahn avec les services du procureur de Manhattan. "La réunion a été constructive. Je n'en dirai pas plus", a déclaré Me Brafman à leur sortie du tribunal de Manhattan.

Toutefois, les accusations de crimes sexuels pesant sur Dominique Strauss-Kahn n'ont pas été abandonnées et "l'enquête se poursuit", a annoncé de son côté le bureau du procureur de Manhattan Cyrus Vance. Cela semble indiquer que les procureurs pensent, sur la base d'éléments matériels, qu'une agression a eu lieu indépendamment des mensonges qu'a pu formuler la plaignante précédemment.

L'accusation demande la nomination d'un nouveau procureur
De leur côté, les avocats de l'accusatrice ont demandé mercredi au procureur Cyrus Vance de se dessaisir de l'affaire et de nommer un procureur spécial, en accusant ses services d'avoir divulgué des informations préjudiciables à leur cliente.

Kenneth Thompson, l'avocat de la femme de chambre de l'hôtel Sofitel dans une lettre dont l'AFP a obtenu copie, a indiqué: "Votre bureau est apparemment responsable de fuites répétées et préjudiciables dans les médias la semaine dernière, qui visaient à discréditer la réputation de la victime, voire, et c'est peut-être le plus grave, à ébranler les charges qui pèsent contre M. Strauss-Kahn", lance Me Thompson. L'avocat évoque également un "possible conflit d'intérêts" entre l'ancien patron du FMI et l'accusation, ayant pour origine le fait qu'une responsable du bureau du procureur serait mariée à l'un des avocats de M. Strauss-Kahn.

, affirme que les bas déchirés de sa cliente et les traces d'ADN retrouvées sur ses vêtements prouvent que la plaignante a été attaquée par DSK.

Mais la crédibilité de la femme de chambre -qui accuse l'ancien directeur général du Fonds monétaire international de tentative de viol- a été affaiblie par ses mensonges et le procureur pourrait ne pas attendre la prochaine audience, fixée au 18 juillet, pour faire mouvement sur ce dossier.

A en croire le New York Times, un abandon des charges retenues contre l'ancien directeur général du FMI ou leur atténuation peuvent faire partie de la négociation qui s'est maintenant ouverte entre les avocats de DSK et le bureau du procureur.

Avant la réunion de mercredi, il était question que le procureur propose d'abandonner les charges les plus lourdes à condition que DSK plaide coupable pour les chefs d'accusation les moins graves qui lui sont reprochés. En l'occurrence, l'accusation de séquestration.

Mais les avocats de l'ancien ministre français des Finances ne sont pas prêts à négocier. Ils ont depuis le début de l'affaire, le 14 mai, toujours dit que leur client n'avait pas forcé la femme de chambre guinéenne et que Dominique Strauss-Kahn niait avoir tenté de la violer.

DSK a été libéré la semaine passée de son assignation à résidence mais il est toujours formellement poursuivi pour crimes sexuels à la suite des accusations d'une femme de chambre.

Sa défense va probablement exiger l'extinction pure et simple de la procédure, issue qui semble la plus plausible pour la presse américaine. Le New York Post indiquait mardi, citant une source proche de l'enquête, que le dossier n'était tout simplement plus "défendable".

Une association noire demande le remplacement de Cyrus Vance
Une association noire américaine a demandé mercredi que le procureur de Manhattan Cyrus Vance soit dessaisi du dossier, l'accusant de participer à "une campagne de diffamation" de la victime présumée de l'ancien patron du FMI.

Quatre membres de l'association "100 Blacks in law enforcement who care" (100 Noirs du système judiciaire qui s'engagent) ont fait une déclaration en ce sens devant le tribunal pénal de Manhattan.

L'association accuse Cyrus Vance de "participer à l'assassinat de la réputation" de Nafissatou Diallo, la femme de chambre qui accuse DSK de viol.

>>

Vous êtes à nouveau en ligne