Le policier a mis fin à ses jours avec son arme de service, dans la nuit de mercredi à jeudi.

Archive.
Archive.

C'est le troisième suicide parmi les policiers strasbourgeois depuis le début de l'année 2011.

C'est le troisième suicide parmi les policiers strasbourgeois depuis le début de l'année 2011.

Le policier, au rang de brigadier-chef, habitait Erstein (Bas-Rhin) et était le père d'un enfant de 18 mois, a indiqué le parquet de Strasbourg. Bien noté, il venait d'avoir une promotion et des fonctions à responsabilités, selon le parquet. Il s'est suicidé à son domicile avec son arme de service dans la nuit de mercredi à jeudi, a annoncé la préfecture du Bas-Rhin.

"Malaise dans la police"

"Une enquête est en cours, qui permettra de déterminer les raisons de son geste", a précisé la préfecture dans un communiqué. En visite à Besançon (Doubs), le secrétaire général national d'Unité SGP Police FO Nicolas Comte a déploré "une augmentation du nombre de suicides dans la police lors des deux derniers mois". "Ces suicides sont symptomatique du malaise dans la police, qui souffre d'une pénurie importante d'effectifs due à la révision générale des politiques publiques (RGPP)", a estimé le syndicaliste, qui a révélé l'acte désespéré du policier de Strasbourg.

En janvier, un gardien de la paix avait mis fin à ses jours avec son arme dans les toilettes du commissariat. Au printemps, une policière souffrant de dépression est morte en avalant une surdose de médicaments.

Vous êtes à nouveau en ligne