Le nombre d'inscrits de catégorie A (n'ayant pas du tout travaillé) a baissé de 18.700 en un mois

Le chiffre de cette catégorie de chômeurs s'établit à 2,61 millions à fin 2009.Le nombre de chômeurs en activité réduite à, lui, augmenté de 8.600 unités en décembre 2009 pour s'établir à 3,82 millions. Sur un an, par rapport au mois de décembre 2008, le nombre de chômeurs inscrits à Pôle emploi en catégorie A a progressé de 407.200 (+18,5%).

Le chiffre de cette catégorie de chômeurs s'établit à 2,61 millions à fin 2009.

Le nombre de chômeurs en activité réduite à, lui, augmenté de 8.600 unités en décembre 2009 pour s'établir à 3,82 millions. Sur un an, par rapport au mois de décembre 2008, le nombre de chômeurs inscrits à Pôle emploi en catégorie A a progressé de 407.200 (+18,5%).

Le rythme de baisse mensuel de décembre se rapproche de celui de juin, seul autre mois de 2009 marqué par un repli. Excepté ces deux mois, les inscriptions dans cette catégorie ont crû sans cesse depuis juin 2008.

Si l'on inclut les personnes ayant exercé une activité réduite (catégories A, B et C), le nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi a progressé de 0,2% sur un mois, atteignant 3.823.000 en métropole et 4,06 millions avec les Dom.

En un an, il a augmenté de 587.800 (+18,2%), proche de la prévision faite en mai par l'assurance chômage.

Les chiffres du RSA
Le nombre d'inscrits à Pôle emploi ayant ouvert des droits au Revenu de solidarité active (RSA) s'est élevé à 605.700 en décembre, a annoncé le gouvernement mercredi.

Le nombre de 605.700 regroupe les demandeurs d'emploi ayant ouvert des droits au RSA, inscrits en catégories A (sans activité), B et C (activité réduite), soit 15,5% des demandeurs d'emploi inscrits dans ces trois catégories, selon un communiqué de Pôle emploi et du ministère de l'Emploi (Dares).

Ils étaient 641.900 dans ce cas en novembre.

Mme Lagarde satisfaite
Le ministre de l'Economie et de l'Emploi, Christine Lagarde, a affirmé que la "très forte" baisse, en décembre, des chômeurs de catégorie A, prouvent que les politiques de relance et de soutien marchent notamment pour les jeunes.

Pour 2010, le ministre incline à "penser qu'on aura une poursuite de cette évolution en tôle ondulée, avec des bons mois et des mauvais mois, mais globalement mieux orientée".

Selon elle, "on va avoir un relais qui sera pris entre la fin du plan de relance - 27% du total doit être dépensé sur 2010 - et le début des dépenses d'avenir (grand emprunt, ndlr) dont certaines vont pouvoir être engagées dans des délais rapides".