Le ministre du Travail a confirmé mercredi que le gouvernement allait repousser l'âge de la retraite au-delà de 60 ans

Eric Woerth, ministre du Travail, de la Solidarité et de la Fonction publique
Eric Woerth, ministre du Travail, de la Solidarité et de la Fonction publique (AFP / LIONEL BONAVENTURE)

Comme il l'avait annoncé dans une interview à Paris Match la veille, Eric Woerth a déclaré sur LCI: "C'est une option logique du gouvernement, on va repousser l'âge légal." Mais aucune décision n'est prise sur le nouveau seuil, a-t-il répété.Les régimes spéciaux, déjà réformés en 2007, ne seront pas concernés, a-t-il précisé.

Comme il l'avait annoncé dans une interview à Paris Match la veille, Eric Woerth a déclaré sur LCI: "C'est une option logique du gouvernement, on va repousser l'âge légal." Mais aucune décision n'est prise sur le nouveau seuil, a-t-il répété.

Les régimes spéciaux, déjà réformés en 2007, ne seront pas concernés, a-t-il précisé.

"Votre vie augmente, a-t-il dit, il est donc logique que votre vie professionnelle augmente", a estimé le ministre.

En revanche, les salariés des régimes spéciaux (500.000 salariés), notamment les cheminots, ne seront pas concernés. Ils pourront toujours partir à la retraite à 60 ans, comme le prévoyait la réforme de 2007. Celle-ci avait été adoptée après une vague de grèves et portait la durée de cotisation de 37,5 années à 40 d'ici 2010. "Nous respecterons à la lettre les engagements qui ont été pris en 2007. La peinture est à peine fraîche, les régimes spéciaux ont été réformés et considérablement réformés", a déclaré Eric Woerth sur LCI.

La réforme se mettra en place progressivement dès 2011, a-t-il répété, en s'engageant "à sauvegarder la retraite par répartition".

L'ensemble des propositions gouvernementales sera présenté le 15 ou le 20 juin prochains, a rappelé le ministre.

Après plusieurs jours de flou, le gouvernement avait fini par admettre mardi par la voix d'Eric Woerth qu'il allait agir sur l'âge légal de départ à la retraite.

Eric Woerth affirmait dans "Paris Match": il faut agir sur l'âge légal de départ à la retraite. Le ministre en charge des retraites indiquait que le niveau auquel il faut porter l'âge légal n'est pas décidé. Quelques heures plus tôt, il disait encore que les choses n'étaient pas "verrouillées".

"L"augmentation de la durée de cotisation est actée jusqu"en 2020 par la loi de 2003. Si on veut résoudre les difficultés de nos régimes d"ici à cette date et augmenter la durée d"activité dans les prochaines années, il faut donc agir également sur l"âge légal de départ à la retraite. C"est une option logique pour le gouvernement. Mais soyons clairs : aucune décision n"a encore été prise sur le niveau auquel il faudrait porter l"âge légal", affirme le ministre en charge du dossier.

Commentant les déclarations de la première secrétaire du PS, Martine Aubry, selon lesquelles la gauche rétablirait l'âge légal de départ à la retraite à 60 ans en cas de victoire à la présidentielle de 2012, M. Fillon avait souligné mardi que le PS n'était "jamais revenu" sur les réformes de la droite et qu'il avait ainsi "acté" la réforme des retraites de 2003.

Nicolas Sarkozy critique François Mitterrand
Selon Le Figaro et Le Parisien, le président Nicolas Sarkozy a mis en cause François Mitterrand mardi devant des militants UMP de l'Oise, assurant qu'on aurait "beaucoup moins de problèmes" si l'ex-président socialiste n'avait pas abaissé l'âge de la retraite de 65 à 60 ans.

Martine Aubry a réagi sur RTL, estimant que ces propos n'étaient "pas dignes d'un président". Elle a rappelé des déclarations de Nicolas Sarkozy un an après son arrivée à l'Elysée qui écartaient toute remise en cause de la retraite à 60 ans.

L'ex-numéro un du PS François Hollande a dénoncé les critiques de Nicolas Sarkozy , soulignant qu'en 1982 "les salariés âgés" avaient vécu la retraite à 60 ans "comme une grande avancée".

François Chérèque: c'est la réforme "la plus injuste"
Le gouvernement a fait le "choix le plus injuste", en optant pour le recul de l'âge légal, a estimé mercredi François Chérèque mercredi sur France Inter. "Il va faire peser la réforme des retraites sur les plus modestes", a déclaré le secrétaire général de la CFDT.

"Il faut faire une grande journée d'action demain (jeudi) et puis après peut-être si le gouvernement ne nous entend pas", a-t-il ajouté.

Xavier Bertrand évoque la retraite par capitalisation
"Il faut donner le choix aux Français de mieux gérer leur épargne-retraite dans les entreprises", a aussi estimé Xavier Bertrand. Au chapitre financement, le gouvernement a annoncé la création d'une cotisation des hauts revenus sans donner plus de précisions.

L'UMP parle de son côté d'une contribution sociale sur les stock-options et les retraites chapeaux, d'une hausse des contributions sur les dividendes et les valeurs immobilières et juge qu'il faut creuser l'idée d'une cotisation spéciale sur les revenus financiers des entreprises.

Sur le même sujet :

>>

>>

Vous êtes à nouveau en ligne