Le Front national, supporter des arbitres de foot français

Le gardien parisien Salvatore Sirigu, aux prises avec des joueurs d\'Evian, est retenu par des coéquipiers, le 28 avril 2013, à Evian (Haute-Savoie).
Le gardien parisien Salvatore Sirigu, aux prises avec des joueurs d'Evian, est retenu par des coéquipiers, le 28 avril 2013, à Evian (Haute-Savoie). (JEAN-PIERRE CLATOT / AFP)

Après une bagarre lors du match Evian-PSG, le parti de Marine Le Pen "apporte tout son soutien aux arbitres français".

"Ne touchez pas aux arbitres !" Dans un communiqué publié mardi 30 avril, le Front national s'invite dans la polémique qui secoue le landerneau du football depuis dimanche, après une bagarre à la fin du match Evian-PSG. Jugeant "inacceptable" l'attitude du gardien parisien Salvatore Sirigu, qui n'est pas revenu sur la pelouse pour recevoir un carton rouge de la part de l'arbitre, le parti de Marine Le Pen "apporte tout son soutien aux arbitres français, gardiens des lois du football".

Le FN évoque "un acte inqualifiable à double titre", car le gardien "a défié et contesté ouvertement l'autorité du directeur de jeu" alors qu'il était "soumis à un devoir d'exemplarité". Le parti y voit "des images déplorables" alors que le football est "déjà entaché par les dérives financières et les frasques comportementales de certains joueurs de l'équipe de France".

Salvatore Sirigu encourt autour de huit matchs de suspension de la part de la commission de discipline de la Ligue nationale de football, s'il est reconnu coupable de "conduite violente en dehors de la rencontre", selon des sources proches du dossier. Le portier italien n'a pu être sanctionné par l'arbitre Olivier Thual, qui semblait pourtant en avoir l'intention, car l'Italien, exfiltré par ses partenaires, n'était plus sur la pelouse et n'a pas eu la permission de son club pour y revenir.

Vous êtes à nouveau en ligne