Le document original de l'Etat français établissant un statut des juifs en octobre 1940 a été découvert et authentifié

Le Maréchal Philippe Pétain s\'exprime à la barre devant la Haute Cour de justice de Paris, le 15 août 1945.
Le Maréchal Philippe Pétain s'exprime à la barre devant la Haute Cour de justice de Paris, le 15 août 1945. (AFP Photo)

L'avocat Serge Klarsfeld l'a annoncé dimanche. Le document est annoté de la main du maréchal Philippe Pétain qui y durcit les mesures antisémites.Il a été remis au Mémorial de la Shoah à Paris par un donateur anonyme, a précisé l'avocat, chasseur d'anciens nazis, fondateur de l'Association des fils et filles des déportés juifs de France.

L'avocat Serge Klarsfeld l'a annoncé dimanche. Le document est annoté de la main du maréchal Philippe Pétain qui y durcit les mesures antisémites.

Il a été remis au Mémorial de la Shoah à Paris par un donateur anonyme, a précisé l'avocat, chasseur d'anciens nazis, fondateur de l'Association des fils et filles des déportés juifs de France.



Cette personne est "un grand amateur d'archives qui est très fouineur et très introduit dans certains milieux", a révélé le président du Mémorial, Eric de Rotschild. Ni ce dernier ni Serge Klarsfeld ne souhaitent donner d'autres détails sur le "donateur anonyme".

Le document, inédit, porte les annotations de Philippe Pétain, faites au crayon, qui en "remanient profondément" la nature, selon Me Klarsfeld. Déjà "extrêmement antisémite", le texte, une fois réécrit par le chef du régime de Vichy, le devient encore davantage.

Selon l'avocat et son fils Arno, qui a comparé l'écriture avec celle d'autres textes manuscrits du maréchal Pétain, il ne fait "aucun doute" que les annotations sont bien de lui.

Ce document provient "probablement de l'entourage d'Alibert [NDLR : Raphaël Alibert, ministre de la Justice de Pétain ] ou de l'un de ses collaborateurs, par exemple d'un membre du comité législatif qui siégeait à ses côtés". "Quelqu'un, qui appartient à la nouvelle génération, a dû hériter de ce document" que le donateur a réussi à se procurer, précise Me Klarsfeld. Il y a eu "transaction financière" entre le donateur et le possesseur du document, "mais je ne sais pas à quel prix ce document a été acheté", a précisé Eric
de Rothschild.

Le projet visait tous les juifs
Serge Klarsfeld et Eric de Rotschild insistent sur "la portée historique" du document. Ce dernier est l'avant-dernière mouture du projet de loi sur le statut des juifs, le seul qui ait une portée historique puisqu'il porte les annotations de Pétain", a précisé Me Klarsfeld.
"La dernière mouture, avec les annotations (du maréchal) dactylographiées, n'en a aucune puisque c'est l'exacte version de la loi telle qu'elle a été publiée au Journal officiel du 18 octobre 1940", ajoute-t-il.

La découverte de ce projet est fondamentale. Il s'agit d'un document établissant le rôle déterminant de Pétain dans la rédaction de ce statut et dans le sens le plus agressif, révélant ainsi le profond antisémitisme" du chef de l'Etat français, explique Me Klarsfeld.

Ce sont désormais tous les juifs qui sont visés, qu'ils soient étrangers ou français. Alors que le projet initial prévoyait d'épargner "les descendants de juifs nés français ou naturalisés avant 1860", le maréchal décide en effet de rayer cette mention.

Le champ d'exclusion des juifs est également considérablement élargi. La justice et l'enseignement leur sont désormais totalement fermés. De plus, ils ne peuvent plus être élus.

"Le principal argument des défenseurs de Pétain était de dire qu'il avait protégé les juifs français. Cet argument tombe", affirme Serge Klarsfeld.

Vous êtes à nouveau en ligne