Le directeur général de la police nationale est convoqué le 28 octobre dans le cadre de l'affaire dite "des fadettes".

Le directeur général de la police Nationale Frédéric Pechenard, en janvier 2011.
Le directeur général de la police Nationale Frédéric Pechenard, en janvier 2011. (PATRICK KOVARIK / AFP)

Sylvia Zimmerman, la juge chargée de l'affaire d'espionnage téléphonique d'un journaliste du Monde a décidé de convoquer Frédéric Péchenard, le vendredi 28 octobre.

Sylvia Zimmerman, la juge chargée de l'affaire d'espionnage téléphonique d'un journaliste du Monde a décidé de convoquer Frédéric Péchenard, le vendredi 28 octobre.

La juge cherche à déterminer son rôle dans une enquête policière effectuée à l'été 2010, qui comprenait l'analyse de factures téléphoniques détaillées ("fadettes") d'un journaliste du Monde pour identifier les sources du quotidien dans l'affaire Woerth-Bettencourt.

Mme Zimmermann a mis en examen lundi le directeur central du renseignement intérieur (DCRI), Bernard Squarcini, qui a reconnu avoir cherché à identifier la source du journaliste Gérard Davet.

M. Squarcini a expliqué à la juge que la décision d'analyser les "fadettes" de M. Davet avait été prise "d'un commun accord" avec son adjoint à la DCRI, Frédéric Veaux, selon son entourage.

De son côté, M. Péchenard a simplement demandé à M. Squarcini "d'identifier la source qui avait violé le secret de l'instruction" dans l'affaire Woerth-Bettencourt sans entrer dans les modalités opérationnelles, a dit l'avocat de M. Squarcini, Me Patrick Maisonneuve.

Une position que M. Péchenard avait défendue en septembre.
Le statut de témoin assisté est intermédiaire entre celui de simple témoin et celui de mis en examen. Il peut évoluer en fonction des éléments dont dispose la justice et permet d'avoir accès au dossier.

Vous êtes à nouveau en ligne