Cantonale partielle dans le Var : le PS appelle à voter UMP face au FN

Laurent Lopez, candidat FN à la cantonale de Brignoles (Var), arrivé en tête du premier tour, le dimanche 6 octobre 2013.
Laurent Lopez, candidat FN à la cantonale de Brignoles (Var), arrivé en tête du premier tour, le dimanche 6 octobre 2013. (MAXPPP)

A Brignoles, le candidat FN a recueilli 40,4% des voix au premier tour. Il affrontera la candidate UMP au second tour.

Les socialistes et les communistes appellent au front républicain pour "faire barrage au FN". Le second tour de la cantonale partielle de Brignoles (Var) opposera le candidat du Front national et la candidate de l'UMP, alors que la gauche a été éliminée dès le premier tour, dimanche 6 octobre. Laurent Lopez (FN) a récolté 40,40% des voix, loin devant Catherine Delzers (UMP), qui a recueilli 20,76% des voix. Mais l'abstention est sans doute la grande gagnante, avec un taux s'élevant à 66,7%.

Le PS n'avait pas présenté de candidat, préférant soutenir dès le premier tour le candidat PCF, Laurent Carratala, qui n'a recueilli que 14,6% des voix. Un choix que n'a pas fait Europe Ecologie-Les Verts, dont les 8,9% auraient permis à la gauche de se qualifier pour le second tour. "Ce résultat doit sonner comme un sévère avertissement pour tous les partis de gauche : lorsque le Front national est fort, la division produira souvent le même résultat", souligne le PS dans un communiqué. Le PCF accuse de son côté EELV de "porter la responsabilité" de l'élimination de la gauche, et appelle les électeurs à faire "barrage" au FN.

Le parti frontiste s'est lui réjoui que "dès le premier tour, le Front national prouve sa capacité à rassembler nos compatriotes autour de son candidat, tandis que les partis du système sont littéralement boudés et défiés".

Election annulée en août

Le Conseil d'Etat avait confirmé, en août, l'annulation de l'élection cantonale partielle de l'été 2012, qui avait vu le communiste Claude Gilardo l'emporter de seulement 13 voix face au candidat du FN, Jean-Paul Dispard. L'élection avait eu lieu les 24 juin et 1er juillet, déjà à la suite d'une précédente annulation du scrutin de mars 2011. Cette fois-là, c'est Claude Gilardo qui, battu de cinq voix, avait introduit un recours devant la justice administrative, et obtenu gain de cause. Cette année, le candidat PCF, Laurent Carratala, n'a réuni que 14,58% des voix.