La zone de Noirmoutier n'a pas été retenue par le gouvernement pour la construction d'éoliennes

Eoliennes
Eoliennes (AFP / Denis Charlet)

Nicolas Sarkozy l'annonce dans une lettre adressée à Philippe de Villiers, dont le contenu a été révélé vendredi par Ouest-France.Le président de la République souligne avoir "pris bonne note de" l'avis de l'ancien président du conseil général "concernant le projet d'éoliennes au large de Noirmoutier".

Nicolas Sarkozy l'annonce dans une lettre adressée à Philippe de Villiers, dont le contenu a été révélé vendredi par Ouest-France.

Le président de la République souligne avoir "pris bonne note de" l'avis de l'ancien président du conseil général "concernant le projet d'éoliennes au large de Noirmoutier".

Philippe de Villiers s'est toujours opposé à un projet d'éoliennes au large de Noirmoutier et a fait voter une motion en ce sens par l'assemblée départementale.

Le conseil régional des Pays-de-la-Loire, présidé par le socialiste Jacques Auxiette, était au contraire très favorable au projet et a regretté vendredi cette annonce, pour lui "absurde et incompréhensible". "J'espérais que le pouvoir de nuisance de Philippe de Villiers s'arrêterait après sa démission", a ainsi déclaré Jacques Auxiette lors d'un point presse.

Il s'est étonné en outre, dans un communiqué, que le président "sacrifie ainsi l'intérêt général (...) pour consoler Philippe de Villiers après son départ du conseil général et sa non-nomination au gouvernement".

Le projet était également soutenu par les élus de l'Ile d'Yeu et les pêcheurs locaux, comme possibilité de ressource alternative, et représentait une possibilité de débouchés alternatifs pour des sites industriels touchés par la crise de l'industrie navale comme STX (ex-Chantiers de l'Atlantique) ou la DCNS à Indret, indique la Région.

Philippe de Villiers a démissionné de la présidence du conseil général de Vendée et de son mandat de conseiller général le 31 octobre.

Le courrier du président de la République, daté du 12 novembre, est arrivé après son départ.

Vous êtes à nouveau en ligne