La société EDF a été condamnée à verser 1,5 millions d'amende pour le piratage informatique de Greenpeace.

Le siège d\'EDF à Paris (archives, 2009)
Le siège d'EDF à Paris (archives, 2009) (AFP / Stéphane de Sakutin)

La société EDF a été condamnée jeudi à une amende pénale de 1,5 million d'euros pour s'être introduit dans des ordinateurs de Greenpeace, destiné apparemment à s'informer de ses campagnes anti-nucléaires.

La société EDF a été condamnée jeudi à une amende pénale de 1,5 million d'euros pour s'être introduit dans des ordinateurs de Greenpeace, destiné apparemment à s'informer de ses campagnes anti-nucléaires.

Le tribunal correctionnel de Nanterre (Hauts-de-Seine) a déclaré l'entreprise coupable de " complicité de piratage informatique" et de recel de documents confidentiels volés sur l'ordinateur de Yannick Jadot, alors dirigeant de Greenpeace, aujourd'hui porte-parole d' Eva Joly, candidat écologiste à la présidentielle.

Les deux anciens plus hauts responsables de la sécurité d'EDF, l'ancien policier Pierre-Paul François et l'ancien contre-amiral Pascal Durieux, sont aussi déclarés coupables et condamnés à respectivement six et un an de prison ferme.

EDF nie les faits et dit avoir été victime d'un contractant qui aurait outrepassé sa mission. La société devrait donc faire appel.

Vous êtes à nouveau en ligne