La secrétaire nationale des Verts Cécile Duflot rêve qu'Europe Ecologie puisse gagner "dix régions" en mars

Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts
Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts (France 3)

"Pour ces élections, nous refusons d'avancer des objectifs chiffrés. Mais je le dis aux électeurs: imaginez ce qui se passerait si Europe Ecologie gagnait dix régions? On vivrait tous mieux, c'est ma seule ambition", estime la tête de liste des écologistes aux régionales en Ile-de-France.

"Pour ces élections, nous refusons d'avancer des objectifs chiffrés. Mais je le dis aux électeurs: imaginez ce qui se passerait si Europe Ecologie gagnait dix régions? On vivrait tous mieux, c'est ma seule ambition", estime la tête de liste des écologistes aux régionales en Ile-de-France.

Mme Duflot "joue la gagne" dans cette région, où elle espère devancer le président socialiste sortant, Jean-Paul Huchon, au soir du premier tour. "Le seul moyen pour que cela change est de mettre les écologistes en responsabilité. Il n'est plus temps de gérer mais d'agir. Les vieilles habitudes un peu ancrées doivent disparaître", déclare-t-elle.

64% des Français favorables
Près de deux Français sur trois verraient d'un bon oeil l'arrivée de candidats d'Europe Ecologie à la présidence de certaines régions françaises, en mars prochain, selon un sondage Ifop pour Sud-Ouest-Dimanche. Par ailleurs, l'éventuelle arrivée des écologistes à la tête de certaines régions françaises séduit davantage les électeurs de gauche (78%) que ceux de droite (44%).

Cécile Duflot évoque des maires socialistes "et des sections entières" du PS prêts quitter la gauche traditionnelle vers Europe Ecologie en Ile-de-France ou dans le Sud-Ouest. Le maire communiste de Sevran, en région parisienne, Stéphane Gatignon, a déjà franchi le pas. "L'écologie n'est pas une idéologie dure, brutale. C'est un processus de doute, d'adaptation, permanent", explique la dirigeante. "Les gens veulent du concret, plus de dogmatique".

Appliquant l'autre recette d'Europe Ecologie, Cécile Duflot a attiré sur sa liste de fortes personnalités : Augustin Legrand, le fondateur des Enfants de Don Quichotte, et Robert Lion, ancien directeur de cabinet du Premier ministre socialiste Pierre Mauroy.

Selon un sondage Opinionway publié vendredi par 'Le Figaro', elle serait en mesure de battre la chef de file de l'UMP en Ile-de-France, la ministre de l'Enseignement supérieur Valérie Pécresse. Au deuxième tour, la candidate verte ferait aussi bien contre la droite que le président de région sortant, le socialiste Jean-Paul Huchon. "Phénoménal", glisse l'intéressée.

Vous êtes à nouveau en ligne